ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

transport de fonds

Un «malentendu» fait trembler les salariés de G4S



G4S a déjà cédé une partie de ses activités de transport de fonds dans plusieurs pays, dont les Pays-Bas. (Photo : Shutterstock)

G4S a déjà cédé une partie de ses activités de transport de fonds dans plusieurs pays, dont les Pays-Bas. (Photo : Shutterstock)

Une confusion commise lors d’un comité d’entreprise européen de la société a fait craindre, à tort, la vente de l’activité de transport de fonds de G4S Luxembourg à Brink’s.

OPA et fusions rythment cette année 2020 dans le secteur mondial de la sécurité privée. GardaWorld et Allied Universal s’intéressent de près à G4S, l’un des grands acteurs du marché avec plus de 540.000 employés, qui a déjà cédé une partie de ses activités de transport de fonds à Brink’s dans 17 pays (dont 14 où Brink’s était absent: Belgique, Pays-Bas, Roumanie, Irlande, République tchèque, Lituanie, Estonie, Lettonie, Chypre, Malaisie, Philippines, Indonésie, Koweït et République dominicaine). Le processus a été clôturé dès le mois d’avril pour les Pays-Bas, la Belgique, l’Irlande et Hong-kong. Une actualité chargée qui rend les salariés nerveux et qui a donné des sueurs froides à ceux de G4S Luxembourg.

Les syndicats OGBL et LCGB ont eu vent d’un nouveau projet de vente des activités de transport de fonds de G4S au Luxembourg à Brink’s. «Selon nos informations, G4S va créer une société à part pour ces activités et ensuite les céder à Brink’s», indique Michelle Cloos, secrétaire centrale du syndicat Services et énergie de l’OGBL. «Cela conduirait à une situation de monopole au Luxembourg», souligne-t-elle, évoquant l’intention des syndicats d’interpeller le ministère de la Justice, mais aussi le Conseil de la concurrence. «Et les salariés sont inquiets» pour leurs conditions de travail, réputées moins avantageuses chez Brink’s.

Pas de vente à l’ordre du jour, selon la direction

Jointe par Paperjam, la direction de G4S Luxembourg évoque un «malentendu». «Lors du dernier comité d’entreprise, quelqu’un de la direction a affirmé que l’activité de ‘cash’, c’est-à-dire de transport de fonds, allait être vendue à Brink’s au Luxembourg», explique Laurent Jossart, directeur général de G4S Luxembourg. «Or, ce n’est pas le cas.» Le projet de scission des activités luxembourgeoises en deux entités juridiques est avéré. «La nouvelle entité juridique s’appellera G4S Cash Solutions», tandis que G4S Security Solutions conservera les autres activités : gardiennage, surveillance, systèmes anti-intrusion… Un projet qui aboutira dans plusieurs semaines, le temps de régler certaines spécificités liées au métier de transporteur de fonds nécessitant licences et agréments délivrés par le ministère de la Justice.

«C’est bien un malentendu», souligne M. Jossart, invoquant la confusion malheureuse faite entre la création d’une nouvelle entité et la cession des activités de cash. «Les activités de cash ne sont pas à vendre à qui que ce soit», répète le directeur général, conscient des remous provoqués par l’incident. «Mais le monde des affaires change vite», prévient-il, alors que G4S, au niveau mondial, fait effectivement l’objet de convoitises.

«Si cette activité devait être vendue, cela ne se ferait pas du jour au lendemain puisqu’il y a plusieurs préalables à remplir: il faut en informer le conseil européen des travailleurs, le ministère de la Justice et discuter avec le Conseil de la concurrence», confirme-t-il.

Il est toutefois troublant qu’une transaction au Luxembourg soit bel et bien évoquée dans un courrier de la direction G4S Cash Solutions Belgique & Luxembourg à ses clients, que Paperjam a pu consulter. Le spectre d’une vente n’est donc peut-être pas à exclure.

L’activité de transport de fonds de G4S Luxembourg emploie 90 personnes, dont environ 80 transporteurs, stricto sensu, soit 10% de l’effectif de l’antenne luxembourgeoise.