POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

12 ans après

Madoff, toujours le casse du siècle



Bernard Madoff, dans ses bureaux, du temps de sa splendeur en 1999, avant que la crise financière de 2008-2009 ne fasse tomber le domino de son système de Ponzi.  (Photo: archives Ruby Washington)

Bernard Madoff, dans ses bureaux, du temps de sa splendeur en 1999, avant que la crise financière de 2008-2009 ne fasse tomber le domino de son système de Ponzi.  (Photo: archives Ruby Washington)

Douze ans après, l’affaire Madoff reste le casse du siècle. Une armée d’avocats partout sur la planète se bat contre le monde financier pour récupérer 19,41 milliards de dollars, selon le décompte du liquidateur américain.

Bernard Madoff est mort , mais l’affaire Madoff est bien «vivante». «La douleur éprouvée par les victimes de la fraude de M. Madoff n’est pas atténuée par sa mort, ni notre travail au nom de ses victimes est-il terminé. Mon équipe juridique et moi-même nous engageons à continuer à identifier et récupérer les fonds volés par M. Madoff et les restituer à leurs propriétaires légitimes», a promis Irving H. Picard à l’annonce du décès, en prison, de l’escroc.

Le liquidateur américain de la société de feu Madoff (Bernard L. Madoff Investment Securities LLC ou BLMIS) a mis la main sur 14,417 milliards de dollars et a déjà redistribué 14,163 milliards à des clients floués dans ce système de Ponzi hors norme qui a tenu la planète en haleine en pleine crise financière de 2008-2009.

Combien reste-t-il à récupérer? Environ six milliards de dollars sur la base des 16.521 dossiers admis à la liquidation, selon le dernier décompte disponible. Depuis le début de l’affaire, le liquidateur a déposé directement ou indirectement plus d’un millier de plaintes au civil portant sur 50 milliards de dollars. 

La phase la plus spectaculaire avait été la récupération auprès de la veuve du «cerveau», Jeffry Picower, de 7,2 milliards de dollars. L’homme avait non seulement une vingtaine de comptes chez Madoff, qui lui avaient rapporté de 100% à 1.000% d’intérêts mais il est soupçonné d’avoir, avec d’autres, réussi à siphonner 12 milliards de dollars à la chute de l’empire Madoff fin 2009.

37.000 des 40.000 victimes de 125 pays qui avaient mis leurs économies dans ces placements douteux ont récupéré jusqu’à 80% de ces sommes, pour un montant de 3,2 milliards de dollars, selon le fonds des victimes de Madoff sur un autre volet que le liquidateur.

Au Luxembourg, où l’on a évoqué successivement 1 milliard, puis 1,7 milliard d’euros, la facture s’élèverait à 5 à 7 milliards de dollars, selon une commission parlementaire de 2009, principalement des actifs dans les fonds luxembourgeois LuxAlpha, Lux Invest et Herald Fund Luxembourg.

Les investisseurs dans ce dernier fonds ont récupéré 177,9 millions de dollars sur 255,6 millions, selon notre décompte arrêté en mars 2020 à partir de sa documentation . Pour le fonds LuxAlpha, dont les créances se monteraient à près de 750 millions de dollars, les remboursements sont suspendus au règlement d’un différend entre les liquidateurs luxembourgeois, Mes Alain Rukavina et Paul Laplume, et le liquidateur américain.

Les deux premiers avaient UBS Luxembourg, filiale de la banque suisse UBS, comme dépositaires, et le troisième, la filiale luxembourgeoise de la britannique HSBC, HSBC Securities Services. C’est d’ailleurs elle qui a rendez-vous, le 19 mai à New York, avec les avocats du liquidateur américain, selon celui-ci.

Au Luxembourg, l’affaire a donné lieu à une vingtaine de décisions.