POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

pandémie

Macron annonce un déconfinement par phases



Le président français a annoncé la réouverture des commerces non essentiels dès samedi. Mais estime impossible d’envisager de skier en fin d’année. (Photo: Shutterstock)

Le président français a annoncé la réouverture des commerces non essentiels dès samedi. Mais estime impossible d’envisager de skier en fin d’année. (Photo: Shutterstock)

Les commerces non essentiels vont à nouveau ouvrir à partir de samedi et les limitations dans les déplacements seront assouplies. Par contre, les stations de ski devraient rester fermées pour les fêtes de fin d’année.

La France va assouplir ses mesures prises face à la seconde vague de la crise sanitaire, a annoncé le président de la République, Emmanuel Macron, dans une «adresse aux Français». Sous réserve que la situation reste sous contrôle, le déconfinement sera orchestré en trois phases.

Samedi 28 novembre

- Réouverture autorisée, et jusqu’à 21h, des commerces non essentiels: librairies, magasins de vêtements…;

- La circulation pourra se faire durant 3 heures, dans un rayon de 20km de son domicile;

- Les activités extrascolaires en plein air pourront reprendre, tout comme les offices religieux limités à 30 personnes.

Mardi 15 décembre

Si le seuil des contaminations est retombé à 5.000 par jour:

- Toute limitation de déplacements pourrait être levée;

- Un couvre-feu sera instauré entre 21h et 7h, sauf les soirs du 24 décembre et du 31 décembre;

- Théâtres, cinémas et musées pourront rouvrir leurs portes.

Mercredi 20 janvier

- Bars et restaurants pourraient rouvrir, tout comme les salles de sport;

- Les lycées reprendront une activité pleine, les universités pourraient suivre deux semaines plus tard;

- Le couvre-feu pourrait être levé.

Tempête à la montagne

Par contre, les espoirs des professionnels de la montagne ont été douchés. Le président français a en effet annoncé qu’il lui semblait, en ce qui concerne les stations de ski, «impossible d’envisager une ouverture pour les fêtes». Cela alors que la veille encore les professionnels du secteur négociaient avec le gouvernement, qui avait annoncé une mesure dans les 10 jours.

«On met en place des moyens surhumains pour assurer la sécurité sanitaire», déplore Alexandre Maulin, président des Domaines skiables de France, auprès de France 3. «Le gouvernement nous a dit qu’il nous donnerait une réponse sous 10 jours et, le lendemain, c’est une fin de non-recevoir.»

Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires de stations de montagne et président de France Montagnes, ne cache pas son désarroi à France 3: «On est complètement abasourdis. Cet abominable virus est en train de mettre en péril toute une économie de montagne.»

D’autant plus que les domaines skiables de Suisse et d’Autriche vont, eux, accueillir les touristes.