ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Le business en mode estival (3/9)

Luxlait reste vigilant face aux pics de glaces



257647.jpg

L’unité de production de glaces de Luxlait peut générer jusqu’à 300.000 litres les mois d’été. (Photo: Luxlait)

Luxlait produit et vend des glaces toute l’année. Mais le produit reste saisonnier et, tout au long de l’été, les cadences s’accélèrent pour éviter les ruptures de stock.

L’été reste bel et bien la saison des glaces. Et en cas de canicule, tous les fabricants s’activent pour pouvoir assouvir les coups de chaleur des consommateurs.

C’est aussi le cas pour la coopérative Luxlait, qui dispose d’une importante unité de fabrication dans l’Agro-Center de Mersch. Une douzaine d’employés s’y activent toute l’année pour produire 1,5 million de litres de glace par an.

Mais, ici aussi, les mois d’été restent particuliers. «Sur un mois comme juin ou juillet, qui restent les plus importants pour la production de crème glacée, on peut atteindre des taux de production de 200.000 à 300.000 litres», explique Frédéric Duterme, responsable de production.

Un produit caniculaire

Et en période de canicule, comme celles que nous avons connues récemment, la vigilance est de mise. «Ce sont des périodes où la consommation augmente vraiment rapidement», observe-t-il. «En principe, nous avons toujours du stock pour assurer les pics, mais il faut quand même réagir très vite et surveiller les stocks. Ça peut diminuer très rapidement.» C’est particulièrement vrai pour les cornets à la vanille, qui se vendent comme des petits pains en période de forte chaleur.

Chez Luxlait, on estime que la consommation d’un mois d’été peut être jusqu’à 10 fois supérieure à un mois d’hiver. «Ça ne veut pas dire que nous travaillons 10 fois plus en été», précise Frédéric Duterme. «Nous profitons des mois plus faibles pour assurer un minimum de stocks.»

Sortir du vanille-fraise

Actuellement, la gamme de glaces Luxlait compte 150 références. Et la société luxembourgeoise mise toujours sur l’innovation pour proposer de nouveaux produits et parfums. En moyenne, elle en développe une dizaine de nouveaux par an.

Mais vous ne pourrez pas les goûter tous. «Nous développons aussi des produits pour l’exportation ou pour des demandes très précises. Pour un client, nous avons un jour fabriqué de la glace noire», se souvient le responsable de production.

Mais des idées orientées vers l’exportation peuvent aussi entraîner de nouveaux développements sur le marché luxembourgeois. Mieux vaut donc rester attentif aux nouveautés, histoire de ne rien rater.