POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Coronavirus

Luxinnovation lance son remède post-coronavirus



Sasha Baillie, CEO de Luxinnovation, et Franz Fayot, ministre de l’Économie, ont fait le point sur les activités de Luxinnovation aux côtés de Gérard Zoller, directeur général de Peintures Robin SA. (Photo: SIP/Emmanuel Claude)

Sasha Baillie, CEO de Luxinnovation, et Franz Fayot, ministre de l’Économie, ont fait le point sur les activités de Luxinnovation aux côtés de Gérard Zoller, directeur général de Peintures Robin SA. (Photo: SIP/Emmanuel Claude)

Avec le programme Fit4Resilience, l’agence nationale de promotion de l’innovation veut accompagner les entreprises dans leur redémarrage après la crise du Covid-19.

Identifier les opportunités pour se réinventer et relancer ses activités de manière plus résiliente: voilà l’objectif de Fit4Resilience, le dernier-né des programmes d’accompagnement signé Luxinnovation, prenant part au  plan «Neistart Lëtzebuerg» .

L’agence nationale pour la promotion de l’innovation propose aux entreprises de bénéficier des services d’un consultant, dont la moitié des coûts est prise en charge par le ministère de l’Économie.

«Fit4Resilience doit être vu comme un programme d’innovation stratégique qui permet aux sociétés de voir comment se positionner à l’avenir et intégrer une approche plus digitale, circulaire et régionale», a souligné jeudi devant la presse le ministre de l’Économie,  Franz Fayot (LSAP).

Dans un premier temps, une enveloppe de 750.000 euros est prévue sur base d’un scénario de 50 entreprises demandeuses. Mais en fonction de leur taille et de leur complexité, la durée de la consultance peut fluctuer entre 5 et 25 jours.

Peintures Robin en «patient zéro»

Si les inscriptions sont ouvertes dès aujourd’hui et jusqu’au 31 décembre, la société Peintures Robin a fait office de «patient zéro» – dixit son directeur, Gérard Zoller. Pendant 15 jours, le fabricant de peintures a travaillé avec un consultant qui a réalisé des analyses de ses forces et faiblesses, évalué son modèle d’affaires et élaboré une feuille de route pour rebondir après cette crise sanitaire qui lui a coûté «80 à 90% de son chiffre d’affaires».

Parmi les nouveaux axes dégagés figurent un ancrage régional renforcé et un accent porté sur la durabilité. «On veut changer tout ce qui est basé sur le pétrole et le remplacer par des produits inscrits dans la durabilité», a illustré Gérard Zoller.

Fit4Resilience s’ajoute à l’offre de Luxinnovation qui a apporté d’autres réponses à la crise du coronavirus, comme la plate-forme  www.epi-covid19.lu dédiée à la mise en relation de l’offre et de la demande en équipements de protection individuelle (EPI) produits et fournis par des entreprises luxembourgeoises. «Très bientôt, nous pourrons produire des masques chirurgicaux au Grand-Duché», a annoncé la CEO de l’agence, Sasha Baillie . Actuellement en voie de finalisation, il est question d’un projet pilote réunissant DuPont de Nemours et deux autres entreprises, selon la responsable.

Très bientôt, nous pourrons produire des masques chirurgicaux au Grand-Duché.
Sasha Baillie

Sasha Baillie,  CEO,  Luxinnovation

Autre outil né durant la crise sanitaire, l’appel à projets «StartupVsCovid19» a attiré 300 jeunes pousses, dont 15 ont été sélectionnées pour le développement de produits ou services innovants destinés à surmonter les effets de la crise. À la clé: jusqu’à 150.000 euros de soutien financier de la part du ministère de l’Économie.

2019, une année chargée pour Luxinnovation

Dans un autre registre, l’agence est revenue sur l’exercice 2019 qui a été marqué par ses 35 ans d’existence . Son rapport annuel a fait état de deux fois plus d’entreprises inscrites au programme Fit4Digital (110), tandis que Fit4Start a attiré 512 demandes contre 400 un an plus tôt. Au final, 30 jeunes pousses de l’ICT, des technologies de la santé et de l’espace ont été retenues, soit cinq de plus qu’en 2018.

Luxinnovation a aussi accompagné 30% de dossiers supplémentaires d’entreprises demandeuses d’aides financières auprès du ministère de l’Économie, soit 145 dossiers pour 109 sociétés.