PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fintech

Open banking

Luxhub passe à l’offensive



Pour une des premières fois, c’est le directeur de la CSSF, Claude Marx, et non le ministre des Finances qui a remis symboliquement les agréments à un acteur, Jacques Pütz, le CEO de Luxhub (ici, troisième à partir de la gauche, avec son directeur opérationnel Claude Meurisse [1er à gauche] et le président du conseil d’administration de Luxhub, Jean Hilger [à droite]). (Photo: Luxhub)

Pour une des premières fois, c’est le directeur de la CSSF, Claude Marx, et non le ministre des Finances qui a remis symboliquement les agréments à un acteur, Jacques Pütz, le CEO de Luxhub (ici, troisième à partir de la gauche, avec son directeur opérationnel Claude Meurisse [1er à gauche] et le président du conseil d’administration de Luxhub, Jean Hilger [à droite]). (Photo: Luxhub)

Né pour aider les banques (de la Place) à entrer dans l’ère de l’open banking, où les données des clients peuvent être utilisées par tous pour proposer de nouveaux services, Luxhub étend ses solutions à tous les acteurs économiques après avoir reçu les deux agréments nécessaires de la CSSF.

Entre un conseil d’administration et une participation à OpenWealth – un sommet des banquiers suisses autour de la mise en œuvre de nouvelles solutions technologiques pour la gestion de fortune des ultrariches –  à Zurich, Jacques Pütz savoure: cet été, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) a ajouté deux agréments à son statut de professionnel du secteur financier: un d’Account Information Service Provider (AISP), et le second de Payment Initiation Service Provider (PISP).

L’AISP fournit l’accès aux données à Luxhub, le PISP fait de Luxhub une institution de paiement. Et, pour la première fois depuis la loi de juillet 2021, ce n’est plus le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), qui a procédé à leur remise, mais le directeur général de la CSSF, Claude Marx .

Profil bas par respect pour ses actionnaires et les banques qu’il sert dans un contexte de concurrence accrue due à l’open banking, le CEO de Luxhub sait que la fintech va franchir un nouveau cap. Les deux agréments lui permettent de proposer ses services de digitalisation de paiement à toute l’économie. 

Difficile à comprendre? Admettons qu’un client d’un fournisseur d’électricité reçoive une facture. Il pourra, sous peu, cliquer sur le lien pour payer sa facture directement. La technologie de paiement devient sous-jacente et moins visible qu’aujourd’hui, la banque restant en charge d’«onboarder» les clients – et notamment de procéder aux contrôles de base. De la même manière, cela permettra d’accélérer les paiements d’une entreprise à une autre.

Le tout sans que les données circulent entre les uns et les autres – un autre point fort du développement à venir. 

Ce jeudi matin, cette annonce s’accompagne d’un rebranding pour Luxhub, ses 36 salariés et 15 externes, aux chiffres d’affaires en hausse de 40% sur un an.