POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

projets

Luxembourg-ville mise sur un futur digital



Plusieurs projets en cours doivent aider Luxembourg-ville à devenir une smart city. (Photo: Shutterstock)

Plusieurs projets en cours doivent aider Luxembourg-ville à devenir une smart city. (Photo: Shutterstock)

La nouvelle app lancée par la Ville de Luxembourg mardi n’est pas une fin en soi, mais bien une étape sur le chemin qui doit faire de la capitale une smart city. D’autres projets sont d’ores et déjà en chantier.

Devenir une smart city, une ville intelligente, Luxembourg y croit et en fait même une réelle ambition. La nouvelle app présentée et lancée mardi est un exemple de ce vers quoi les élus communaux veulent tendre

«Cette app, c’est un vrai plus, une belle avancée, qui était nécessaire. Mais faire du digital pour le plaisir de faire du digital, c’est assez simple, mais ne sert à rien. Ce qu’il faut, c’est une stratégie claire, qu’il y ait de la cohérence entre les projets, que les pièces s’imbriquent bien les unes aux autres», explique le premier échevin,  Serge Wilmes (CSV).

Compteur intelligent et commerces

Il faut aussi que le travail soit collectif, car de nombreux services sont souvent impliqués dans un même projet. «Nous venons d’ailleurs de communiquer en interne, auprès des services, notre ambition de smart city. On veut déclencher un processus, que des idées remontent vers nous, des pistes d’amélioration aussi…», poursuit-il.

Et des idées, il y en a. Le projet n’en est encore qu’à ses balbutiements, mais Luxembourg pourrait développer un service de smart metering concernant l’eau. À l’image de ce que fait déjà Creos pour l’électricité, ces compteurs intelligents enregistreraient et transmettraient la consommation des ménages. Ce qui faciliterait la gestion et l’entretien du réseau, puisque pouvant pointer par exemple des consommations anormales, signes d’une fuite.

Un autre projet est en lien avec les commerces du centre. Sur un parcours donné, toutes les informations sur un commerce seraient facilement disponibles. En passant devant, on pourrait aussi connaître ce qu’il fut par le passé, ce qu’on y vendait et qui le faisait. Une manière ludique d’informer sur le présent, tout en suscitant de l’intérêt pour le passé. 

D’autres encore sont en cours de développement, confirme le service de la communication digitale. Qui refuse cependant de lever un coin du voile sur ceux-ci, pour évidemment ménager un effet de surprise le moment venu.