POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Rapport GTCI 2021

Le Luxembourg, un aimant à talents



Le rapport GTCI place, comme en 2020, le Luxembourg à la huitième position des pays en capacité de produire, d’attirer et de retenir les talents. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le rapport GTCI place, comme en 2020, le Luxembourg à la huitième position des pays en capacité de produire, d’attirer et de retenir les talents. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Selon le «Global Talent Competitiveness Index 2021», l’index mondial sur la compétitivité et les talents, le Luxembourg conserve une forte capacité d’attraction. Tous critères confondus, le pays se classe à la huitième position.

Alors que les syndicats se sont récemment inquiétés de l’attractivité du pays , le dernier «Global Talent Competitiveness Index» montre que le Luxembourg fait partie des 10 pays les plus attractifs de la planète, notamment pour attirer les talents.

Comme tous les ans depuis 2013, l’Insead publie son «Index mondial sur la compétitivité et les talents» (GTCI) . Cette année, en partenariat avec Accenture et le Portulans Institute, le rapport GTCI place, comme en 2020 , le Luxembourg à la huitième position. Mais le pays gagne une place en matière d’attractivité pure. Le Grand-Duché est même plébiscité dans cette catégorie «attractivité» en raison, notamment, de sa dimension multiculturelle.

Dans le détail du classement général, on peut noter une progression marquante: le gain de trois places dans la catégorie «développement», puisque le Luxembourg se place à la 16e position cette année. Pour rappel, cette catégorie mesure l’efficacité éducative du pays.

Enfin, malgré une chute de deux places, de la quatrième à la sixième position, le Luxembourg reste dans le top 10 des pays ayant une très forte capacité à «retenir les talents» sur son territoire.

Le Luxembourg occupe la première place lorsqu’il s’agit d’attirer les talents, ce qui est principalement dû à son ouverture externe, mais aussi à son haut degré d’ouverture interne. Le pays est également très performant pour retenir les talents, en raison de son système de retraites de classe mondiale, de ses performances environnementales et de sa protection sociale. Enfin, le pays jouit d’un haut degré d’esprit d’entreprise, ce qui contribue à une performance impressionnante dans le chapitre «Impact des talents» et, en fin de compte, à «un solide réservoir de compétences en connaissances globales», souligne l’analyse de l’Insead.

Par contre, le rapport pointe le réservoir de compétences professionnelles et techniques comme «la principale faiblesse du Luxembourg».

L’Europe et les États-Unis en tête

Pour la neuvième édition de cette étude, la Suisse reste en tête du classement, tandis que Singapour a pris la deuxième place des États-Unis, qui se classent troisièmes. Le trio de tête est suivi des pays scandinaves. Le Danemark (4e) a gagné une place au détriment de la Suède (5e). Les Pays-Bas restent à 6e place, juste devant la Finlande. Derrière, le Luxembourg (8e), la Norvège (9e) et l’Islande (10e) complètent le top 10 mondial.  

En ce qui concerne nos voisins, ils se classent à la 14e place pour l’Allemagne (11e en 2020) et à la 17e place pour la Belgique (18e en 2020). La France gagne deux places par rapport à l’année dernière et se place en 19e positon.

Si les pays européens demeurent les plus attractifs, le classement des villes est dominé par les États-Unis et l’Europe. La ville la plus compétitive en attraction de talents cette année est San Francisco. Deux autres villes américaines figurent également dans le top 10 (Boston et Seattle), tandis que les sept autres sont situées en Europe (Genève, Zurich, Luxembourg, Dublin, Londres et Helsinki) et en Asie (Singapour), souligne encore le rapport.