POLITIQUE & INSTITUTIONS — Education

Enseignement supérieur

Le Luxembourg reconnaît les diplômes baltes, et vice versa



Les étudiants luxembourgeois pourront plus facilement étudier ou travailler dans les pays baltes, et vice versa. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne/archives)

Les étudiants luxembourgeois pourront plus facilement étudier ou travailler dans les pays baltes, et vice versa. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne/archives)

Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Estonie, Lettonie et Lituanie ont signé un accord de reconnaissance mutuelle de leurs diplômes de l’enseignement supérieur. Une simplification administrative pour les jeunes qui souhaitent poursuivre leurs études ou travailler à l’étranger.

Les pays du Benelux – Belgique, Pays-Bas et Luxembourg – reconnaissent mutuellement leurs bachelors et masters depuis 2015. Associate degrees et doctorats se sont ajoutés à la liste en 2018. L’Estonie, la Lettonie et la Lituanie avaient de leur côté un accord similaire. Les deux groupes de pays s’allient désormais. Ils ont signé une déclaration d’intention en 2019 pour la reconnaissance de leurs diplômes respectifs. Le traité qui en résulte est officiellement lancé ce lundi 27 septembre.

Résultat: toute personne ayant obtenu un diplôme d’enseignement supérieur visé par le traité dans l’un des pays du Benelux ou des États baltes est assurée qu’il sera reconnu, automatiquement, dans les autres pays signataires. Cela marque la fin des longues procédures administratives et de leurs coûts financiers pour les étudiants qui veulent poursuivre leurs études ou aller travailler à l’étranger.

Ouvert à d’autres pays

Une avancée d’autant plus importante pour le Luxembourg, sachant que «80% des étudiants luxembourgeois poursuivent leurs études à l’étranger et que plus de 50% des étudiants à l’Université du Luxembourg sont étrangers», précise le ministre de l’Enseignement supérieur, Claude Meisch (DP).

Le traité est ouvert à l’adhésion d’autres pays européens, à condition que «les exigences de qualité requises en vue d’une reconnaissance mutuelle automatique et générique du niveau des diplômes soient respectées».