LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

Secret d’histoire (4/10)

Le Luxembourg raconté en histoire: 1795



La capitulation de Luxembourg en 1795, gravure, fin 18 e  siècle, collection Lëtzebuerg City Museum. (Photo: Lëtzebuerg City Museum)

La capitulation de Luxembourg en 1795, gravure, fin 18 e  siècle, collection Lëtzebuerg City Museum. (Photo: Lëtzebuerg City Museum)

Le Luxembourg se raconte aussi par son histoire, les grandes dates et les petites anecdotes, ces événements qui ont façonné le Grand-Duché jusqu’à ce qu’il devienne ce qu’il est aujourd’hui. Tout au long de l’été, Paperjam a demandé à l’historien Guy Thewes, directeur des 2 Musées de la Ville de Luxembourg, de raconter l’histoire du pays à travers 10 dates. Pour cette troisième étape dans le temps, retournons au 1er octobre 1795.

1 er octobre 1795

L’ancien duché de Luxembourg disparaît de la carte

Les événements de la Révolution française vont entraîner la disparition de l’ancien duché de Luxembourg. Pourtant, les Habsbourg d’Autriche se sont défendus bec et ongle pour garder l’héritage qu’ils ont reçu au début du 18e siècle de leurs parents espagnols.

Mais les révolutionnaires français l’emportent sur le champ de bataille. La garnison autrichienne de la forteresse de Luxembourg capitule en juin 1795 après un blocus de plus de six mois. Le 1er octobre 1795, la Convention signée à Paris met un point final à la conquête des anciens Pays-Bas en décrétant l’annexion des provinces «belgiques» à la République française.

Sans tenir compte des frontières historiques, l’ensemble du territoire est reconfiguré en neuf départements qui ne correspondent plus aux anciens duchés et comtés. La majeure partie du pays de Luxembourg devient département des Forêts, mais le nord passe aux départements de l’Ourthe et de Sambre-et-Meuse. Les institutions traditionnelles – État, conseil provincial, corporations – sont supprimées et remplacées par une administration sur le modèle français. L’ensemble de la société est modernisé, la bourgeoisie amorce sa montée.

En 1804, le régime français introduit le Code civil, appelé aussi Code Napoléon. Aujourd’hui encore, il marque le droit luxembourgeois. Quant à la date du 1er octobre 1795, elle montre la part du hasard dans toute évolution historique. Le Luxembourg, tel qu’il s’est formé depuis le Moyen Âge, cesse d’exister. Effacé de la carte, son histoire semble s’arrêter là. Néanmoins, 20 ans plus tard, un État luxembourgeois va renaître contre toute attente.

Eugène Emmanuel Amaury-Duval, Napoléon Ier rédigeant le Code civil, couronné par le temps, peinture sur porcelaine, vers 1850, collection Lëtzebuerg City Museum. (Photo: Lëtzebuerg City Museum)

Eugène Emmanuel Amaury-Duval, Napoléon Ier rédigeant le Code civil, couronné par le temps, peinture sur porcelaine, vers 1850, collection Lëtzebuerg City Museum. (Photo: Lëtzebuerg City Museum)

Guy Thewes est docteur en histoire. Après quelques années d’enseignement, il entre au service du Musée d’histoire de la Ville de Luxembourg en 1993 en tant qu’historien, avant de devenir conservateur en 1999. Aujourd’hui, il est directeur des 2 Musées de la Ville de Luxembourg. Il est également secrétaire général de l’Institut grand-ducal de Luxembourg et représentant de la Ville de Luxembourg au sein du Réseau des villes fortifiées de la Grande Région.