POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

pénurie possible en cas de canicule

Le Luxembourg pourrait manquer d’eau



La ministre Carole Dieschbourg a expliqué que des études étaient en cours pour exploiter de nouvelles ressources. (Photo: Nader Ghavami/Archives)

La ministre Carole Dieschbourg a expliqué que des études étaient en cours pour exploiter de nouvelles ressources. (Photo: Nader Ghavami/Archives)

Si le Luxembourg devait affronter un nouvel épisode caniculaire, des problèmes d’approvisionnement en eau potable pourraient se poser. Des études sont en cours pour la création d’une nouvelle grande station de traitement, mais elle ne verra pas le jour avant 15 ans.

Touché par un long épisode caniculaire en 2018, puis un printemps 2019 assez sec, le Luxembourg pourrait connaître des problèmes d’approvisionnement en eau potable si la chaleur venait à nouveau frapper longuement et durement au cours des mois à venir. C’est ce qu’a expliqué la ministre Carole Dieschbourg  (Déi Gréng), ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, en réponse à une question du député Henri Kox  (Déi Gréng).

Des réserves 23% plus basses que voici 40 ans

Les réserves souterraines d’eau sont ainsi de 23% inférieures à ce qu’elles étaient voici 40 ans. Et l’hiver n’a pas permis de les régénérer. 

La ministre a rappelé que l’approvisionnement à moyen et long termes était basé sur la préservation des ressources existantes et possiblement exploitables, sur les économies d’eau potable et sur l’exploitation possible de nouvelles ressources. Des études sont ainsi en cours pour la construction d’une nouvelle station de traitement. Mais elle ne verra pas le jour avant 15 ans. De nouvelles ressources souterraines pourraient aussi être exploitées en combinaison avec un traitement de l’eau de la Moselle.

Des solutions à trouver pour 2035

Selon les projections effectuées, tenant compte de l’accroissement démographique, de futurs grands acteurs économiques gourmands en eau qui pourraient s’installer dans le pays, et des mesures d’économie de l’eau, des solutions devront en tout cas être trouvées pour 2035 afin d’éviter des pénuries, notamment lors des heures de consommation de pointe.

Chaque jour, le Luxembourg consomme 120.000m3 d’eau, un tiers venant du lac d’Esch-sur-Sûre et les deux tiers restants de captages souterrains.

En cas de nouvelle sécheresse cet été, des mesures de limitation de consommation sur base volontaire pourraient être prises. Avant des restrictions obligatoires, passibles d’une amende en cas d’infraction.