ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Face aux cellules vides

Luxembourg veut davantage de pop-up stores



En attendant que le pop-up store de 200m 2  trouve preneur, la Ville de Luxembourg et l’UCVL ont demandé à la boutique du quartier Just Home de veiller à une décoration des vitrines. (Photo: Paperjam)

En attendant que le pop-up store de 200m 2 trouve preneur, la Ville de Luxembourg et l’UCVL ont demandé à la boutique du quartier Just Home de veiller à une décoration des vitrines. (Photo: Paperjam)

La Ville de Luxembourg lance un appel aux propriétaires de boutiques vides pour y développer des concepts éphémères, et cela, dans tous les quartiers de la capitale.

Commerce de 200m2 en bon état situé sur l’avenue de la Gare cherche occupant pour maximum six mois, le tout à un loyer compris entre 3.000 et 7.500 euros. Voilà la formule présentée jeudi par la Ville de Luxembourg et l’ UCVL , qui veulent développer le concept des pop-up stores au-delà de la ville haute.

«Nous voulons contribuer à diversifier l’offre, soutenir l’entrepreneuriat et redynamiser le commerce dans le quartier de la gare», assure Serge Wilmes (CSV), premier échevin responsable en matière de commerce.

Concrètement, la Ville de Luxembourg a conclu un accord avec le propriétaire de cette surface,  qui accueillait jusqu’à l’été dernier Veritas . Elle lui verse un loyer fixe et sous-loue l’espace à un commerçant sélectionné sur base d’un appel à candidatures pour un loyer inférieur aux prix du marché, compris entre 3.000 et 7.500 euros hors charges et «en fonction de la situation spécifique de l’entrepreneur et du commerçant», précise un communiqué.

«Avec la location par la Ville en tant que pop-up, peut-être des commerces vont-ils tester un concept pour ensuite louer directement la surface au propriétaire», avance Patrick Goldschmidt (DP), échevin des Fêtes et marchés.

Les autorités espèrent surfer sur le succès récent de deux pop-up stores situés dans la ville haute – Kyo et Bricks 4 Kidz –, qui ont décidé de pérenniser leur présence dans d’autres locaux que ceux destinés aux magasins éphémères.

Trois pop-up disponibles, et peut-être davantage?

Car après avoir testé le concept sur des bâtiments dont elle est propriétaire , la Ville de Luxembourg lance un appel aux propriétaires privés pour tenter l’expérience du pop-up via son intermédiation, et cela, dans l’ensemble de ses 24 quartiers.

Pour l’heure, les candidatures à l’occupation  de deux pop-up stores de 45m2 situés rue Philippe II sont ouvertes jusqu’au 31 janvier prochain, et quant à celui de l’avenue de la Gare, la deadline est fixée au 17 janvier pour une ouverture vers février.

La cellule de 200m2 pourrait reprendre vie dès février prochain, selon la Ville de Luxembourg et l’UCVL. (Photo: Maison Moderne)

1 / 3

Des décorations égayent pour l’heure la devanture de la boutique, appelée à devenir un pop-up store. (Photo: Maison Moderne)

2 / 3

L’avenue de la Gare connaît ces derniers mois une succession de fermetures de boutiques. (Photo: Maison Moderne)

3 / 3

En attendant, une campagne de décoration des vitrines de cinq commerces vides est lancée sur l’avenue de la Gare et celle de la Liberté pour égayer ce quartier éprouvé, notamment,  par le chantier du tram .

Mais la désertion des cellules serait aussi liée au niveau des loyers , selon l’OGBL, qui relayait l’été dernier l’échec de la renégociation de bail de Veritas et son voisin H&M sur l’avenue de la Gare. Interrogée à ce sujet, la représentante du propriétaire des deux cellules, la société Patrizia, n’a pas donné de chiffres, mais a précisé que, «si la Ville de Luxembourg trouve un accord avec le propriétaire, c’est que le loyer ne lui paraît pas totalement déraisonnable».