POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Emprunt d’état

Le Luxembourg emprunte à nouveau 2,5 milliards à taux négatif



Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, se «réjouit  du succès de cette opération ». (Photo: Mike Zenari)

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, se «réjouit du succès de cette opération ». (Photo: Mike Zenari)

Le Luxembourg a lancé ce mercredi matin un emprunt obligataire de 2,5 milliards d’euros. Les marchés ont réagi positivement. Ainsi, l’opération a déjà pu être clôturée. 

Les investisseurs font visiblement confiance aux emprunts souverains luxembourgeois. Ainsi, à l’instar de ce qu’il s’était passé en avril dernier, le ministère des Finances a, en effet, pu annoncer ce mercredi 17 mars être parvenu à obtenir 2,5 milliards d’euros en l’espace de 24 heures dans le cadre d’un emprunt étatique. Les marchés ont réagi positivement, avec une demande largement excédentaire à l’offre auprès d’une base d’investisseurs très diversifiée. 

Une émission obligataire émise à taux d’intérêt négatif, à savoir -0,045%. Le Luxembourg continue ainsi de bénéficier d’excellentes conditions financières grâce à sa notation AAA, dont le pays jouit auprès des principales agences en raison de sa politique budgétaire prudente des dernières années.

Une durée de 10 ans

Cet emprunt de 2,5 milliards d’euros sur une durée de 10 ans vient à échéance en mars 2031. La dette publique s’élèvera, après cet emprunt, à environ 18,5 milliards d’euros, soit un ratio inférieur à 28% du PIB, clairement en dessous du seuil de 30% prévu dans le programme gouvernemental.

La BCEE, la BIL, BGL BNP Paribas, Barclays et Deutsche Bank ont contribué à l’opération en tant que chefs de file. L’emprunt sera coté à la Bourse de Luxembourg.

«Je me réjouis du succès de cette opération, qui s’inscrit dans la volonté de profiter au mieux du contexte actuel des taux d’intérêt bas, voire négatifs», a commenté Pierre Gramegna  (DP), ministre des Finances.  «Grâce à son AAA,  le Luxembourg a pu étoffer son coussin de liquidités à des conditions avantageuses. La demande largement excédentaire témoigne de la confiance des investisseurs par rapport à la solidité de notre économie et sa capacité à surmonter la crise du Covid-19 de manière efficace et durable.»