POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

collaboration sanitaire

Le Luxembourg accueille un patient Covid de Moselle



En France, le pic de la deuxième vague épidémique de novembre a été franchi. (Photo prise au CHEM: Nader Ghavami/archives Maison Moderne)

En France, le pic de la deuxième vague épidémique de novembre a été franchi. (Photo prise au CHEM: Nader Ghavami/archives Maison Moderne)

Le CHL a pris en charge, mardi, un patient Covid-19 depuis un service de réanimation mosellan.

Mardi 30 mars, dans un communiqué de presse, le ministère de la Santé annonce avoir accueilli un patient Covid-19 depuis la Moselle. L’opération rappelle de tristes souvenirs du début de la crise, où le Luxembourg avait reçu plusieurs patients du Grand Est pour pallier le manque de lits de l’autre côté de la frontière.

Le patient a été admis au Centre hospitalier de Luxembourg (CHL) en fin d’après-midi. Un officier de santé assurant le dispatching du Corps grand-ducal d’incendie et de secours (CGDIS) a coordonné la mission avec les structures hospitalières concernées, avant que le CSU 112 ne déploie, en début d’après-midi, le SAMU Luxembourg 2, ainsi qu’une ambulance du CIS Dudelange spécifiquement dédiée à ce type d’interventions (I-RTW – Infektionsrettungswagen).

Selon le ministère de la Santé, aucun autre transfert de patients (de France ou d’ailleurs) n’est prévu à l’heure actuelle. «Si la situation le permet» - celle-ci est «évaluée au jour le jour» -  le Luxembourg se dit cependant «ouvert» à en accueillir d’autres si besoin.

Dans le pays, l’occupation des lits en soins intensifs se situe entre 20 et 30%. Chez nos voisins français, on a dépassé les chiffres de la deuxième vague au niveau de la réanimation. Des médecins-réanimateurs de Lorraine ont signé une tribune publiée mardi dans Le Républicain lorrain, dans laquelle ils expliquent craindre de ne pas pouvoir soigner tous les patients Covid en réanimation et appellent au respect des mesures sanitaires. Ils y prônent un confinement identique à celui de mars 2020. Le gouvernement français pourrait justement annoncer de nouvelles mesures après le conseil de défense prévu ce mercredi.