BRAND VOICE — COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Expertises

TNP

Luxembourg à l’avant-garde de la finance durable



286608.png

Luxembourg à l’avant-garde de la finance durable (Crédit : TNP Luxembourg)

Comme l’ensemble des acteurs, la sphère financière ne peut plus se dérober face aux problématiques environnementales. Les critères ESG(1) s’affichent aussi bien du côté des émetteurs que des investisseurs. Dans ce nouveau marché que constituent ces opportunités, le Luxembourg fait figure d’exemple.

Effet d’annonce ou réel impact?

Chaque semaine est rythmée par les annonces d’émission de «Green Bonds» ou de création de nouveaux fonds d’investissement durables. Le «Sustainable» est un outil marketing puissant et se communique auprès de tous. Cet engouement constitue une formidable valeur ajoutée pour les acteurs installés au Grand-Duché.

La prise en compte de l’impact environnemental dans les produits d’investissements aura-t-elle pour autant un effet réel sur notre planète ou constitue-t-elle une simple mode destinée à proposer des produits plus verts qu’ils ne le sont réellement? Nous pouvons aisément nous poser la question, étant donné le poids médiatique désormais pris par les sujets environnementaux dans notre quotidien.

Pour arriver à produire de réels effets, c’est l’ensemble de la sphère financière qui est mise à contribution. Au-delà de l’effet de mode et des effets d’annonce, ce sont des pans entiers de nos économies qui sont désormais favorisés par les politiques durables des établissements financiers.

Une nécessité pour répondre aux attentes des clients

Parmi les produits les plus emblématiques de la finance durable, on retrouve notamment les Green Bonds ou obligations vertes. Ces titres obligataires servant à financer un projet ou une activité à bénéfice environnemental sont en plein essor. Une étude de la banque HSBC souligne que les émissions de green bonds sont en hausse de 57% par rapport à l’an dernier.

Du côté des fonds d’investissement, que ce soit sous forme de fonds dits classiques (OPCVM) ou de trackers (ETF), le choix ne manque pas et s’étoffe mois après mois. Les sociétés de gestion se convertissent toutes ou presque, afin de répondre à la demande des investisseurs. Les institutionnels imposent aujourd’hui clairement la prise en compte des critères ESG dans leurs demandes aux professionnels de la gestion d’actifs.

Gagner la confiance des investisseurs

Dans ce contexte propice aux investissements verts, le Luxembourg constitue une place financière de choix. Du financement direct des entreprises aux techniques les plus complexes, les banques sont aux premiers rangs des acteurs qui ont su agir pour avoir un impact sur l’orientation des flux de capitaux vers des projets et des investissements plus respectueux de notre planète.

La croissance de la finance verte ne se dément pas. Dans ce contexte, il est nécessaire d’avoir des repères de confiance pour susciter un plus grand et large intérêt des investisseurs au-delà de la simple mention ESG dans l’intitulé du fonds.

Certaines sociétés spécialisées, certains labels, cabinets de conseil, auditeurs agréés ou encore fournisseurs d’indices se proposent d’évaluer et de garantir la durabilité des offres et des produits vendus par les professionnels de la gestion. Ils analysent les processus de sélection de valeurs intégrant tant des critères positifs que d’exclusion ou encore la composition des portefeuilles. À l’instar de LuxFlag, qui, à travers l’attribution de différents labels reconnus en Europe, soutient le financement du développement durable en apportant plus de clarté aux investisseurs.

L’engagement de la place Luxembourgeoise

Forte de sa position de leader européen de l’industrie des fonds d’investissement, la place Luxembourgeoise s’applique à créer des initiatives pour faire du Luxembourg une place incontournable de la finance verte.

Au-delà des acteurs traditionnels, c’est un véritable écosystème qui a émergé. La Bourse de Luxembourg a ainsi lancé dès 2016 le Luxembourg Green Exchange (LGX), une plateforme dédiée aux obligations vertes et autres instruments de la finance durable. Avec un total de 107,5 milliards d’euros de Green Bonds émis sur le LGX fin 2018, Luxembourg est 2,5 fois plus important que Paris et pèse près de cinq fois plus que Londres et Francfort.

On peut également citer la création en 2015 de la Climate Finance Task Force visant à développer des initiatives dans le domaine de la finance verte et durable et à consolider la position du Grand-Duché sur ce segment à travers notamment la promotion des labels de finance durable reconnus en Europe. Ains,i depuis le début de l’année, plus d’une cinquantaine de fonds d’investissement ont été labellisés par LuxFlag.

Avoir un impact concret

Le Luxembourg est à la pointe, mais les défis restent nombreux. En effet, la prise de conscience nécessaire de la part des acteurs financiers constitue une première étape, mais c’est un changement plus profond des comportements qui doit s’opérer de la part de l’ensemble des agents économiques dans leur processus d’investissement afin de favoriser une croissance plus respectueuse de notre environnement et de nous-mêmes.

Il est donc temps d’agir et d’avoir un impact concret sur un thème qui constitue une réelle opportunité et qui nécessite une revue exhaustive de l’offre existante, ainsi qu’une préparation préalable des plus complètes afin d’orienter les investissements vers des solutions plus durables.

(1) ESG - Environment, Social, Governance