PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Investir pour le climat

La LSFI, futur rouage central de la finance durable



Les jeunes Luxembourgeois sont descendus dans la rue pour le climat. Les acteurs de la finance doivent désormais faire leur part de travail. (Photo: Nader Ghavami/Archives Maison Moderne)

Les jeunes Luxembourgeois sont descendus dans la rue pour le climat. Les acteurs de la finance doivent désormais faire leur part de travail. (Photo: Nader Ghavami/Archives Maison Moderne)

Pour coordonner son action dans la finance durable et parvenir à faire du Luxembourg un hub européen dans ce domaine également, la place financière a créé la Luxembourg Sustainable Finance Initiative (LSFI). Un an après sa création, elle met la touche finale à ses premières actions.

Au début de ce mois de février, la Luxembourg Sustainable Finance Initiative (LSFI) a présenté sa stratégie pour faire du Luxembourg un pionnier de la finance durable. L’association sans but lucratif ambitionne d’être au cœur de toute démarche qui donne la possibilité de mieux faire connaître ce nouveau modèle de la finance qui doit permettre de lutter, notamment, contre le réchauffement climatique.

La LSFI est née il y a un an, en janvier 2020, un peu plus d’un an après le lancement de la «feuille de route pour la finance durable», élaborée par le gouvernement luxembourgeois en collaboration avec l’Initiative financière du Programme des Nations unies pour l’environnement (Unep Fi).

À l’époque, un groupe de travail, composé des acteurs de la finance et du monde politique, avait été constitué pour déterminer les bases d’une stratégie financière durable pour le pays. La création de la LSFI avait été prévue par la feuille de route sur base d’un partenariat public-privé. Elle a pu être mise sur pied grâce à la collaboration entre les ministères des Finances et de l’Environnement, Luxembourg for Finance et le Conseil supérieur du développement durable.

«Désormais, nous voulons être le point central pour tout contact et information en matière de finance durable au Luxembourg», explique Nicoletta Centofanti, sustainability adviser pour la LSFI. Elle insiste sur le fait que la nouvelle entité ne veut pas «doublonner» avec d’autres initiatives existantes, mais plutôt coordonner les initiatives de toutes les parties prenantes dans cette matière au Luxembourg.

Nous voulons être le point central pour tout contact et information en matière de finance durable au Luxembourg.
Nicoletta Centofanti

Nicoletta Centofanti,  sustainability adviser,  LSFI

Pour mener à bien cette mission d’information et d’éducation, l’association financée par les ministères des Finances et de l’Environnement mise, dans un premier temps, sur le développement permanent de son site web, sur la publication d’une newsletter – la première paraîtra en mars –, la production de vidéos, l’organisation de webinaires et des sessions de formation à la finance durable.

«Nous ne sommes évidemment que trois personnes au sein de l’association. Ce que nous pouvons faire nous-mêmes nous le ferons, mais nous envisageons aussi des collaborations. Notre mission d’éducation à la finance durable peut très bien se coordonner avec la House of Training ou avec l’Université du Luxembourg, qui a déjà développé un programme en finance durable.»

Assurer les exigences de l’accord de Paris

Par la suite, son rôle de point central de la finance durable devrait lui permettre de mieux connaître les besoins des acteurs. «Nous pourrons alors, à notre tour, aider un acteur comme l’Université à développer d’autres initiatives dans ce domaine», poursuit Nicoletta Centofanti.

La LSFI s’est enfin donné pour mission d’évaluer, annuellement, les progrès réalisés au Luxembourg par les acteurs dans la finance durable afin de voir si les flux financiers qui sont gérés depuis le Luxembourg s’alignent progressivement avec les exigences de l’accord de Paris sur le climat.

Il s’agit donc là d’un jalon de plus pour faire progresser la finance durable et le financement de projets qui pourront réellement permettre de limiter le réchauffement climatique et, à une plus large échelle, agir en faveur de l’environnement et des gens. Mais ce n’est toujours qu’un rouage dans une mécanique qui demande un passage à l’action très rapidement.

Cet article est issu de la newsletter Paperjam Green, le rendez-vous mensuel pour suivre l’actualité verte au Luxembourg.  Vous pouvez vous abonner en suivant ce lien.