POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Microfinance

Le LMDF fête 10 ans de financement à impact social



Le président du LMDF, Raymond Schadeck, et le directeur du fonds, Kaspar Wansleben, célébraient jeudi l’anniversaire du LMDF, 10 ans après sa naissance. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le président du LMDF, Raymond Schadeck, et le directeur du fonds, Kaspar Wansleben, célébraient jeudi l’anniversaire du LMDF, 10 ans après sa naissance. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Le LMDF fêtait jeudi son dixième anniversaire. Depuis sa création, le fonds, à forte orientation sociale, a permis d’accorder des financements à hauteur de 74 millions d’euros à plus d’une centaine d’institutions de microfinance réparties dans 35 pays. Plus de 230.000 entrepreneurs ont été soutenus.

«La microfinance a entamé son parcours pour devenir un acteur majeur de l’investissement de détail, car de plus en plus de particuliers, et par exemple 67% des millennials, croient que leurs décisions d’investissement sont un moyen d’exprimer leurs valeurs sociales, politiques et environnementales», déclarait jeudi matin le président du LMDF,  Raymond Schadeck , lors du dixième anniversaire du fonds d’investissement.

Né en 2010 d’une initiative conjointe de l’asbl ADA, des ministères de la Coopération et des Finances et de plusieurs banques luxembourgeoises, le LMDF a depuis financé à hauteur de 74 millions d’euros plus de 100 institutions de microfinance (IMF), et ce dans 35 pays à travers plus de 160 investissements.

230.000 entrepreneurs soutenus

À travers ces IMF, plus de 230.000 entrepreneurs ont été soutenus. 79% de ceux-ci résident dans des pays à revenu faible ou intermédiaire où l’exclusion financière sévit.

Le LMDF se caractérise en effet par sa forte orientation sociale. Il a toujours cherché à travailler avec des IMF s’intéressant aux plus marginalisés. Ainsi, 77% de son financement a bénéficié à des femmes, et 60% à des personnes issues de zones rurales.

«Il est maintenant temps pour nous de regarder en avant et d’élargir la notion de finance sociale dans les pays en développement, tout en offrant à beaucoup plus de citoyens luxembourgeois la possibilité d’un investissement stable et à impact fort», déclarait le directeur exécutif du LMDF, Kaspar Wansleben, en se projetant vers l’avenir.

Au cours des dix prochaines années, le LMDF annonce que sa stratégie consistera à «accompagner activement la transformation du secteur de la microfinance à travers la digitalisation, le financement de l’acquisition de petits équipements et des chaînes de valeur, tant que ces solutions profitent aux entrepreneurs et aux ménages pauvres».