ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Start-up

Lingua Custodia lève des fonds pour venir au Luxembourg



256377.jpg

Olivier Debeugny, président de Lingua Custodia, veut être actif au Luxembourg dès septembre prochain. (Photo: DR)

Lingua Custodia vient de finaliser une levée de fonds de 1,1 million d’euros. La start-up française, spécialisée dans la traduction automatique de documents financiers, veut en profiter pour s’implanter au Luxembourg et développer une équipe commerciale.

La start-up française Lingua Custodia vient d’annoncer une levée de fonds de 1,1 million d’euros auprès de ses actionnaires historiques et de nouveaux investisseurs individuels français et européens.

Grâce à ce montant, la jeune société, spécialisée dans les outils de traduction automatique de documents financiers, entend recruter une équipe commerciale basée au Luxembourg, le marché choisi pour l’ouverture d’une première filiale à l’étranger .

L’échéance est fixée au mois de septembre prochain, mais la société est déjà membre de la Lhoft depuis 2018.

Lingua Custodia a été fondée en 2011 par d’anciens professionnels de la gestion d’actifs. Leur objectif était de trouver des solutions à la traduction de documents financiers, un exercice très gourmand en temps.

Cent moteurs, neuf langues

Après trois années de recherche, le premier moteur a été commercialisé en 2014 et, aujourd’hui, la société propose une centaine de moteurs dans neuf langues, basés sur le «machine learning». Elle compte une cinquantaine de clients, parmi lesquels des groupes bancaires français et internationaux.

Depuis sa création, Lingua Custodia avait déjà levé pour 1,3 million de fonds.

Fondateur et président de la société, Olivier Debeugny estime que «cette levée de fonds est une étape déterminante dans le développement de Lingua Custodia. Elle valide la qualité de notre recherche et niveau technologique ainsi que la robustesse de nos fondamentaux, socles sur lesquels nous allons pouvoir établir notre position en Europe avant de nous tourner vers le marché asiatique dans les deux prochaines années».