ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Puce sous la peau

L’Homme sans contact



222457.jpg

Quelque 4.000 Suédois se sont fait poser un circuit intégré de la taille d’un grain de riz sous la peau. (Photo: AdobeStock / artefacti)

Quoi de plus simple, pour remplacer ses clés, cartes de crédit ou pièces d’identité, que de s’implanter une puce sous la peau? Une nouvelle tendance qui rencontre un certain succès en Suède, le pays abritant 40% des personnes «pucées» dans le monde.

«Je porte une puce depuis 2014. Je m’en sers pour ouvrir mon bureau, aller au sport, échanger ma carte de visite, prendre le train, utiliser les réseaux sociaux et les cartes de fidélité dans les magasins, acheter des boissons ou des snacks au distributeur automatique installé dans mon entreprise.» À l’image d’Hannes Sjob, fondateur de la société Dsruptive, spécialisée dans les technologies de l’humain augmenté, quelque 4.000 Suédois se sont fait poser un circuit intégré de la taille d’un grain de riz sous la peau. Mais les risques existent, notamment en matière de protection des données ou de santé.

Une enquête à lire dans le dernier numéro du JDD .