ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

L’emballage, élément-clé

Les Lego, plus rentables que l’or



Selon une étude russe, le Star Wars Millennium Falcon dans son emballage d’origine serait le placement le plus rentable. (Photo: Lego)

Selon une étude russe, le Star Wars Millennium Falcon dans son emballage d’origine serait le placement le plus rentable. (Photo: Lego)

Selon une étude portant sur 2.322 ensembles de Lego encore emballés de 1987 à 2015, les petites briques seraient un «placement» plus rentable que l’or, à moyen terme.

Comment convaincre ses enfants de ne pas déballer les Lego qu’ils ont reçus à Noël? Peut-être en y ajoutant une copie de l’étude de l’École supérieure de Moscou . Selon ses auteures, Victoria Dobrynskaya – professeure agrégée à l’Université nationale de recherche de Moscou – et Julia Kishilova, le rendement moyen des Lego encore dans leur emballage d’origine est de 10 à 11% par an.

Pour ce faire, les deux économistes ont étudié la variation des prix de 2.322 ensembles datant des années 1987 à 2015.

«Nous sommes habitués à penser que les gens achètent des articles tels que des bijoux, des antiquités ou des œuvres d’art comme investissement. Cependant, il existe d’autres options, telles que les jouets de collection. Des dizaines de milliers de transactions sont conclues sur le marché secondaire Lego. Même en tenant compte des petits prix de la plupart des ensembles, il s’agit d’un marché énorme qui n’est pas bien connu des investisseurs traditionnels», explique Mme Dobrynskaya.

Les ensembles qui prennent le plus de valeur sont ceux qui sont associés à un film, comme «Star Wars» par exemple, et ceux qui sont produits en petite quantité. Surtout, expliquent les deux femmes, parce que les propriétaires des petites briques n’ont pas conscience de leur valeur potentielle. Soit ils les laissent dormir dans un coin, soit ils en perdent des pièces.

Si les ensembles peuvent voir leur prix être multiplié par six, leurs travaux semblent montrer une nette augmentation depuis le début des années 2010.