ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

éducation

Le codage, une matière fondamentale à l’école?



L’introduction à la programmation, à la sécurité informatique, aux bases de données et à l’informatique technique est dispensée dans ces cours de code. (Photo: AdobeStock / Rido)

L’introduction à la programmation, à la sécurité informatique, aux bases de données et à l’informatique technique est dispensée dans ces cours de code. (Photo: AdobeStock / Rido)

Et si apprendre à coder devenait aussi essentiel qu’apprendre à lire, écrire ou compter? Certains pays ont d’ores et déjà intégré cette matière dans les programmes scolaires. Mais qu’en est-il au Luxembourg?

Ce n’est un secret pour personne: comme dans la plupart des pays européens, le Luxembourg manque de développeurs. D’après les chiffres de l’Adem (l’Agence pour le développement de l’emploi), 70% des postes déclarés vacants dans les sociétés ICT, de services et financières ne trouvent pas de candidats. Et la situation risque de s’aggraver dans les années à venir avec la place croissante de la digitalisation dans les entreprises. Et si la solution passait par la sensibilisation et la formation au codage dès le plus jeune âge?

De nombreuses initiatives existent déjà dans l’enseignement secondaire. Ainsi, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse a lancé le Future Hub, un label d’excellence qui valorise et met en évidence les efforts d’un lycée à s’ouvrir aux technologies et à un apprentissage innovant des sciences, en particulier des sciences informatiques.

Trois lycées ont déjà reçu le label Future Hub: le Lycée des arts et métiers à Luxembourg (LAM), le Lycée technique d’Esch-sur-Alzette (LTE) et le Lycée Edward Steichen à Clervaux (LESC). Ces établissements proposent une offre diversifiée de formations autour des nouvelles technologies qui mènent à un diplôme d’aptitude professionnelle (informaticien qualifié), de technicien (technicien en informatique) ou d’autres types de certifications en lien avec le numérique.

L’enseignement secondaire a une longueur d’avance

Depuis la rentrée 2017-2018, une 8e et nouvelle section, la section Informatique et Communication (section I), a été ajoutée à l’enseignement secondaire classique et moderne qui ouvre l’accès aux études supérieures. Au programme, l’introduction à la programmation, à la sécurité informatique, aux bases de données et à l’informatique technique.

À l’heure actuelle, cette section est uniquement proposée dans les trois lycées disposant du label Future Hub. L’initiation au codage n’a pas encore investi l’enseignement primaire. Les rares initiatives en la matière sont d’ordre privé et s’expriment en dehors des heures de cours. C’est le cas en particulier pour le Code Club Luxembourg, qui offre des activités de programmation gratuites et a déjà accueilli plus de 1.000 élèves âgés de 8 à 12 ans en cinq ans d’existence.