POLITIQUE & INSTITUTIONS
JUSTICE

Revue de presse

Le CEO d’Ice-Watch renvoyé au tribunal



218773.jpg

Jean-Pierre Lutgen a déjà dit plusieurs fois être «fatigué des conflits avec la Ville de Bastogne», dont son frère est le bourgmestre. (Photo: Maison Moderne)

Jean-Pierre Lutgen devra répondre d’infractions urbanistiques et d’un outrage envers un agent de l’urbanisme. Un nouvel épisode dans la saga du litige qui l’oppose à la Ville de Bastogne.

Jean-Pierre Lutgen, CEO d’Ice-Watch, sera prochainement cité devant le tribunal correctionnel. La Chambre des mises en accusation de Liège, saisie en appel, a en effet confirmé, jeudi, son renvoi pour des infractions urbanistiques et un outrage envers un agent de la fonction publique.

Cette même Chambre a par ailleurs accordé un non-lieu à l’échevin de Bastogne, Philippe Collignon, et à des fonctionnaires de l’urbanisme que le chef d’entreprise avait fait citer pour des faits de dénonciation calomnieuse et de faux. Une décision similaire avait déjà été rendue précédemment par la Chambre du conseil de Marche-en-Famenne à l’égard de Jean-Pierre Lutgen et de sa société SA Ice, et des autres parties.

Voilà un épisode de plus qui s’inscrit dans l’histoire houleuse des relations entre Jean-Pierre Lutgen et la Ville de Bastogne, dont son frère Benoît est le bourgmestre depuis plus de six ans. 

Le parking de la discorde

Jean-Pierre Lutgen a démoli et rénové deux bâtiments en plein centre de Bastogne pour y installer le siège de sa société horlogère connue dans le monde entier. Mais des infractions auraient été commises lors de la construction du parking de la société.

En synthèse, Jean-Pierre Lutgen aurait fait construire un parking en plein air avec rampe d’accès, alors que le permis délivré prévoyait un parking sous-terrain. Ce qui a été constaté par des fonctionnaires de l’urbanisme que le patron d’Ice-Watch soupçonnait d’avoir été alertés par l’échevin Philippe Collignon. La justice a mis à mal cette théorie.

Par contre, le CEO devra s’expliquer pour les entorses urbanistiques présumées. Mais aussi pour un outrage envers un agent de la fonction publique, en réalité un e-mail bien senti qui lui avait été envoyé. 

Un départ de Bastogne?

Contacté par nos confrères de La Meuse Luxembourg, Jean-Pierre Lutgen n’a pas souhaité faire plus de commentaires. «Ce n’est évidemment pas ce que nous espérions comme résultat», a-t-il confié, laconique. «Néanmoins, un renvoi en correctionnelle n’est pas synonyme de culpabilité pour autant.»

Voici peu, Jean-Pierre Lutgen avait expliqué être de plus en plus fatigué par ces conflits en cours depuis cinq ans. Au point qu'il a déjà songé à quitter Bastogne pour installer son siège ailleurs. Wiltz aurait pu être son nouveau port d’attache. Il est évident que si Ice-Watch souhaite implanter son siège au Luxembourg, la société sera accueillie à bras ouverts.