PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

RÉSULTATS 2018

Le bénéfice de la BCEE a fondu de plus de 25%



Françoise Thoma se montre confiante pour l’activité commerciale en 2019. (Photo: Maison Moderne/archives)

Françoise Thoma se montre confiante pour l’activité commerciale en 2019. (Photo: Maison Moderne/archives)

Malgré une activité commerciale dynamique, le résultat net de la Spuerkeess a chuté de 27% en 2018. En cause, les nouvelles normes comptables, mais pas seulement.

Comme on a déjà pu le constater ce 4 avril lors de la présentation des  résultats annuels de BGL BNP Paribas , les banques souffrent cette année de l’adoption obligatoire de la norme comptable IFRS 9.

C’est également le cas de la Spuerkeess,  qui vient de publier les siens  ce vendredi 5 avril. À 537 millions d’euros, son produit bancaire net chute de 11,5%. Le résultat net dégringole de son côté de 27,2% à 175,4 millions, soit une perte de 65,4 millions par rapport à l’exercice 2017.

Par contre, cette nouvelle pratique a aussi pour conséquence le transfert de certains montants vers les fonds propres. Ils ont donc augmenté de 8,6% à 4 milliards d’euros. Avec un ratio qui se situe à 22,7%, la BCEE offre un profil extrêmement solide.

Une chute liée à SES

Bien sûr, la BCEE l’admet, ce changement de normes n’est pas la seule cause de la baisse du résultat net. La banque de l’État pointe aussi une diminution de la marge d’intérêt de 1,8% en raison du contexte de taux d’intérêt bas, voire négatifs dans le cas de placements de liquidités auprès de la Banque centrale européenne.

Elle constate aussi la diminution de dividendes de ses participations stratégiques dans des entreprises phares de l’économie luxembourgeoise. «Nous avons surtout connu une diminution de 15 millions d’euros au niveau de notre participation dans le groupe satellitaire SES», confirme à Paperjam.lu Françoise Thoma , directrice générale de la BCEE.

Enfin, les frais généraux sont en augmentation de 4,3% à 342,3 millions d’euros. Une hausse liée principalement aux coûts du personnel. «75% de nos frais généraux sont consacrés aux salaires, précise Françoise Thoma. La progression des frais est due à l’évolution des carrières, à l’introduction du compte épargne-temps qui nous impose des provisions et au renforcement des effectifs.»

40 millions pour l’État

Elle précise toutefois que ces augmentations de frais du personnel n’ont rien à voir avec l’accord signé en février dernier avec la CGFP concernant le statut du personnel.

Sur les 175,4 millions d’euros de bénéfice, 40 millions seront versés à l’État luxembourgeois en dividendes. Le reste sera intégré dans les réserves.

Au niveau commercial, l’institution de la place de Metz continue de bien se porter. «Nous sommes très satisfaits de nos résultats commerciaux, ils sont tout à fait conformes à nos prévisions», confirme la directrice générale.

Nous sommes très satisfaits de nos résultats commerciaux, ils sont tout à fait conformes à nos prévisions.

Françoise Thoma,  directrice générale,  BCEE

L’activité des prêts et crédits s’est développée à hauteur de 10,9%, grâce notamment aux prêts au logement qui grimpent de 7,6%. Sur l’année 2018, la BCEE en a accordé à 5.200 nouveaux clients.

Au niveau des innovations, la banque a lancé Lease Plus, un service de leasing automobile pour les particuliers via ses agences, et un outil d’assistance personnelle en gestion financière, My Intelligent Assistant.

«Nous sommes également confiants pour l’année en cours, commente encore Françoise Thoma, mais nous comptions sur une hausse des taux d’intérêt par la BCE à la fin de cette année, ce qui ne sera probablement pas le cas.»

La banque prévient aussi que l’introduction de la nouvelle norme rendra les résultats plus volatils au cours des prochaines années.