ENTREPRISES & STRATÉGIES
SERVICES & CONSEILS

Cinéma

Kinepolis, en baisse, annonce la 4DX pour le 24 avril



232131.jpg

Une salle de cinéma 4DX pour une immersion totale dans le film. (Photo: Shutterstock)

En proie à une forte baisse de fréquentation au Luxembourg, le groupe Kinepolis s’apprête à ouvrir la première salle de projection 4DX du pays, le 24 avril prochain. Une expérience inédite qui permettra au public de s’immerger pleinement dans le film.

Résultats peu encourageants pour Kinepolis en 2018. Dans son rapport d’activité, le groupe de cinéma évoque la canicule de l’été dernier et la Coupe du monde de foot pour expliquer la chute de fréquentation de 9,9% au Luxembourg, alors qu’elle n’est «que» de 3,9% en Europe.

Le groupe, qui avait racheté Utopia en 2015, affiche un chiffre d’affaires global de 507,7 millions d’euros, contre 475,9 millions en 2018. Les 22 écrans du marché luxembourgeois glanent à eux seuls 14,9 millions, soit 3,1% du chiffre global.

Premium affiché à tous les niveaux

Pour contrer cet affaissement, Kinepolis mise sur des produits premium qui permettent d’augmenter le prix des places, comme les «Cosy Seats» (sièges plus larges avec une tablette et un porte-sac en dessous) ou le laser Ultra/Atmos, disponible au Kirchberg (pour un son et une lumière de meilleure qualité), qui représentent ensemble 27,4% des revenus.

Des sièges ultra-confort accessibles depuis 2017 dans toutes les salles du Kirchberg, à côté des fauteuils de taille classique. Comptez 2 euros supplémentaires par entrée pour en bénéficier.

Le géant du cinéma devrait continuer à investir dans ce type d’action et en développer d’autres, comme «le popcorn premium ou les marques d’eau de luxe», précise encore le groupe.

Un supplément pour la 4DX

L’innovation imminente qui arrive dans quelques jours au Luxembourg est la 4DX: elle sera opérationnelle le 24 avril prochain, dans le cinéma Kinepolis au Kirchberg.

«La date correspond à la sortie d’‘Avengers: Endgame’, qui sera le premier film joué avec cette technologie. Les spectateurs seront sur des sièges qui bougent, avec des effets de vent, d’odeurs, de lumière, ou de pluie dans la salle», détaille Christophe Eyssartier, national theatre manager chez Kinepolis.

Pour bénéficier de cette technologie immersive, il faudra débourser 6 euros de plus qu’un ticket de cinéma classique (10 euros pour un adulte) tant l’investissement est conséquent, selon le groupe, qui refuse toutefois d’en dévoiler le montant.