LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

Culture

Konschthal Esch, nouveau lieu pour l’art contemporain



Christian Mosar est le nouveau directeur de la Konschthal à Esch-sur-Alzette. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

Christian Mosar est le nouveau directeur de la Konschthal à Esch-sur-Alzette. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

À partir du samedi 3 octobre, la Konschthal à Esch-sur-Alzette, un nouveau lieu dédié à l’art contemporain, entre dans sa phase de préfiguration avant une ouverture programmée à l’automne 2021. Dans ce cadre, des expositions «Schaufenster» («vitrine») sont mises en place et accessibles à tous.

L’événement n’est pas si fréquent et mérite d’être célébré: un nouveau lieu dédié à l’art contemporain est en train de naître à Esch-sur-Alzette. C’est dans l’ancien Espace Lavandier – autrefois dédié «au conseil en décoration d’intérieur» – que le directeur des lieux, Christian Mosar, va pouvoir construire cette nouvelle institution eschoise dédiée à la création en arts visuels contemporains. Avant l’ouverture de la Konschthal, prévue pour l’automne 2021, un cycle d’expositions représentatives de l’esprit de la programmation future est initié.

  (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

1 / 2

  (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

2 / 2

Le premier volet de cette «Schaufenster» (ou «vitrine» en français) illustre cette ambition: Martine Feipel et Jean Bechameil, artistes confirmés issus de la scène luxembourgeoise, présenteront «Un Monde parfait», une installation représentant les grands ensembles parisiens et qui fait écho, ici, au développement urbain de la Lentille rouge; Alfredo Barsuglia endosse le rôle de l’artiste international et propose, avec «Das Wunder», une œuvre réalisée pendant le confinement, «une réflexion sur les notions de mobilité, d’immobilité et d’occupation de la rue comme espace culturel»; le musicien Ryvage (Samuel Reinard), la chorégraphe Jill Crovisier et le vidéaste Ted Kayumba sont les représentants de la jeune scène locale, qui ont eu ici l’occasion de produire une nouvelle œuvre, «Tulipe», filmée dans les anciens ateliers de menuiserie Lavandier.

Enfin, les visiteurs pourront également découvrir, le jour d’ouverture du lieu – samedi 3 octobre –, l’installation sonore «Ever Glade» de Amina Rubin en collaboration avec le collectif Noc.turn*, la Konschthal offrant ainsi une plateforme aux jeunes créatifs de la scène locale.

«J’ai choisi de travailler sur la thématique de la transformation pendant les premiers mois, et bien entendu de toujours entrer en résonance avec les sujets d’actualité et leurs répercussions dans le monde de l’art d’aujourd’hui», explique Christian Mosar, directeur de la Konschthal. «Cette approche nous accompagnera pour les trois ‘Schaufenster’ à venir, les deux prochaines étant programmées au printemps et avant l’été.»

Vue des espaces de la Konschthal avant transformation. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

1 / 5

Vue des espaces de la Konschthal avant transformation. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

2 / 5

Vue des espaces de la Konschthal avant transformation. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

3 / 5

Vue des espaces de la Konschthal avant transformation. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

4 / 5

Vue des espaces de la Konschthal avant transformation. (Photo: Matic Zorman / Maison Moderne)

5 / 5

Pendant ce temps, l’espace Lavandier, dont le bâtiment d’environ 3.000m² appartient désormais à la Ville d’Esch, va pouvoir être transformé. «Il s’agit surtout de retirer des éléments pour dégager les volumes et adapter les lieux pour recevoir du public dans les bonnes conditions techniques et de sécurité», explique Christian Mosar. Au cours des travaux, le public ne pourra pas encore avoir accès au bâtiment, mais les œuvres présentées dans le cadre de «Schaufenster» sont visibles depuis la rue.

«Nous allons également travailler en synergie avec la Bridderhaus, un autre nouveau lieu de résidence à Esch pour des artistes internationaux et d’espaces d’ateliers pour les locaux», précise Christian Mosar, qui a aussi la direction de ce lieu. L’ouverture de la Bridderhaus est prévue en 2022, donc après celle de la Konschthal.

«Après le lancement de la Konschthal, je vais m’atteler à développer une identité spécifique pour la Bridderhaus et la connecter au réseau de résidences internationales. Ce sera un lieu avec une programmation qui sera active dans la perspective d’Esch2022, mais aussi au-delà. Il entrera par ailleurs, tout comme la Konschthal, dans la stratégie de développement culturel Connexions pilotée par la Ville d’Esch-sur-Alzette et qui mettra en résonance toutes les institutions eschoises. Aussi, la Bridderhaus pourra accueillir en résidence des artistes de la Kufa ou du théâtre d’Esch par exemple», précise Christian Mosar.

En tout cas, avec la création de ces nouveaux lieux, la Ville d’Esch-sur-Alzette se donne les moyens de se créer une place sur l’échiquier national de l’art contemporain.

Schaufenster 1: Alfredo Barsuglia, Martine Feipel & Jean Bechameil, Ryvage. Exposition du 3 octobre 20 au 15 janvier 2021. www.konschthal.lu