PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Restructuration

Kneip se sépare de 70 personnes



Le CEO de Kneip, Neil Ward, assume une restructuration qui doit permettre de réduire les coûts fixes. (Photo: Delano)

Le CEO de Kneip, Neil Ward, assume une restructuration qui doit permettre de réduire les coûts fixes. (Photo: Delano)

Après trois ans de travail sur un vaste plan de transformation technologique, la société luxembourgeoise Kneip a décidé de supprimer un emploi sur trois, soit 70 personnes.

Après 27 années de croissance, la société Kneip a annoncé ce lundi 6 juillet son intention de se séparer de 70 de ses collaborateurs sur un total de 200 personnes.

Dans un communiqué, la société de Bertrange, fondée par Bob Kneip et spécialisée dans les solutions de gestion de données et de reporting pour le secteur des fonds d’investissement, des assurances et des banques, explique cette décision comme l’aboutissement d’un processus de transformation de l’entreprise dans un marché qui évolue rapidement.

Une transformation en profondeur

 Dans ce communiqué, Neil Ward , le CEO de Kneip, explique avoir placé la technologie numérique et une approche «agile» au cœur de l’entreprise, «afin que Kneip puisse continuer à grandir au cours des 27 prochaines années».

Il explique également que cette transformation est nécessaire, afin d’être en phase avec la transformation que vivent les clients de Kneip. C’est d’ailleurs pour assurer cette transformation que Neil Ward, venu de chez Skype, a été nommé CEO de Kneip en septembre 2018.

À l’époque, la société luxembourgeoise venait de lancer une nouvelle plateforme numérique, qui permettait de tirer profit des données disponibles pour éviter de devoir répéter le travail de collecte au fur et à mesure des rapports.

«Mais aujourd’hui, explique Neil Ward à Paperjam, il faut absolument tenter de réduire les coûts fixes qui représentent une charge trop importante, et la technologie déployée permet de le faire.»

Il faut absolument tenter de réduire les coûts fixes qui représentent une charge trop importante.

Neil Ward,  CEO,  Kneip

L’entreprise a donc décidé de continuer à faire en interne ce qui est essentiel pour son activité, mais d’externaliser une grande partie des opérations et de l’ingénierie non essentielles.

«Les licenciements touchent l’ensemble des services», nous explique encore Neil Ward. «Aussi bien les commerciaux que les fonctions opérationnelles et le management.» Il promet que les personnes concernées recevront des formations pour avoir le plus possible de chance de trouver un nouvel emploi.

La décision actuelle est-elle liée aux conséquences économiques de la crise sanitaire? «Partiellement seulement», admet le CEO. «Il est clair que la crise actuelle rend le travail de nos commerciaux compliqué pour trouver de nouveaux clients. Mais elle est largement motivée par un souci de plus grande efficience pour les années à venir.»