ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Observation de la terre

Kleos fait d’une pierre deux coups



259777.jpg

Kleos Space fait d’une pierre deux coups: non seulement elle récupère une possibilité de lancement avant la fin de l’année, mais le changement d’orbite lui permet également de récupérer plus de données, et donc plus de clients potentiels. (Photo: Kleos)

Officiellement, Kleos Space change d’orbite pour avoir 2 à 4,5 fois plus de données maritimes à proposer à ses clients. La réalité, c’est que face aux difficultés de Rocket Lab à tenir son calendrier, la société luxembourgeoise a signé avec les Indiens de PSLV.

Un lanceur peut en cacher un autre, à condition de le mettre sur de bons rails. C’est ce que Kleos Space vient de faire. Dans un communiqué diffusé ce lundi, la société luxembourgeoise annonce avoir signé avec les Indiens de PSLV.

Le Polar Satellite Launch Vehicle (PSLV) est un lanceur de moyenne portée, «extrêmement fiable, conçu et exploité par l’Organisation indienne de recherche spatiale», admet Kleos Space dans son communiqué. Ce choix permet de rester dans l’objectif de lancer au quatrième trimestre de cette année – même si les objectifs étaient d’abord de lancer début août, délai qui n’est pas rare dans le monde spatial.

Les satellites compatibles

La semaine dernière, la société avait officialisé le report du lancement, Rocket Lab ayant des difficultés à tenir son agenda face aux trop nombreux contrats de lancement signés.

Du coup, la société luxembourgeoise en profite pour changer d’orbite. «L’inclinaison orbitale de 37 degrés permet au groupe de quatre satellites de la mission d’exploration de Kleos d’augmenter la collecte de données d’un facteur de 2 à 4,5 par rapport à l’orbite héliosynchrone (SSO) initialement prévue, dans des régions cibles maritimes cruciales telles que le détroit d’Ormuz, la mer de Chine du Sud, les côtes d’Australie et des États-Unis du Sud et les côtes est-ouest africaines et de l’Afrique occidentale», et donc potentiellement d’avoir de nouveaux clients.

Les équipes techniques ont confirmé que les satellites, pour l’instant toujours stockés chez Rocket Lab, pourraient être lancés à 37 degrés d’inclinaison.