ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Technologie et gastronomie

KFC prépare les premiers nuggets sans poulet



L’impression 3D permettra de réaliser des nuggets à partir de cellules de poulet et de produits végétaux. (Photo: KFC)

L’impression 3D permettra de réaliser des nuggets à partir de cellules de poulet et de produits végétaux. (Photo: KFC)

KFC lancera ses premiers nuggets de poulet sans poulet cet automne à Moscou. Le géant américain a annoncé son partenariat avec la start-up russe 3D Bioprinting Solutions pour œuvrer en faveur de la «viande du futur». Un courant plus large que ce cas particulier.

Cela aura le goût du poulet, l’odeur du poulet, la texture du poulet. Mais ce ne sera pas du poulet. Le «Canada Dry» de KFC entend révolutionner le futur des nuggets avec des nuggets fabriqués grâce à l’impression 3D à partir de cellule de gallinacés et de matériel végétal.

Les clients n’y verront que du feu, ajoute la chaîne de restauration rapide américaine,  dans un communiqué de presse .

«L’idée de fabriquer la ‘viande du futur’ est née parmi les partenaires en réponse à la popularité croissante d’un mode de vie et d’une nutrition sains, à l’augmentation annuelle de la demande d’alternatives à la viande traditionnelle et à la nécessité de développer des méthodes alimentaires plus respectueuses de l’environnement.»

Selon une étude de l’American Environmental Science & Technology Journal, la technologie de culture de viande à partir de cellules a un impact négatif minimal sur l’environnement, permettant de réduire la consommation d’énergie de plus de moitié, de produire 20 fois moins d’émissions de gaz à effet de serre et d’utiliser 100 fois moins de terre que pour la production traditionnelle de viande à la ferme.

Designer, recycleur et créatif

L’impression 3D dans le secteur alimentaire est une idée qui a près de 10 ans et dont le rythme ne cesse de s’accélérer. Il y a des designers qui modifient complètement l’apparence des aliments, ou des chercheurs qui ont, par exemple, lancé des procédés d’impression 3D à partir du gaspillage alimentaire. Comme les Néerlandais d’ Upprinting Food .

D’autres encore, comme byFlow , s’intéressent au design alimentaire qu’il est possible de créer avec le mélange impression 3D-aliments.

Upprinting Food crée des purées à partir de déchets alimentaires et en fait des formes en 3D, qui sont cuites au four et déshydratées. (Photo: Upprinting Food)

Upprinting Food crée des purées à partir de déchets alimentaires et en fait des formes en 3D, qui sont cuites au four et déshydratées. (Photo: Upprinting Food)

Un des gâteaux au chocolat créés par byFlow à partir de la 3D. (Photo: byFlow)

Un des gâteaux au chocolat créés par byFlow à partir de la 3D. (Photo: byFlow)

Les clés en chocolat de Foodini. (Photo: Natural Machines)

Les clés en chocolat de Foodini. (Photo: Natural Machines)

D’autres encore, comme Natural Machines , viennent de lancer une machine, Foodini, qui a ceci de magique que, pour 4.000 dollars et la taille d’un micro-onde, elle permet toutes sortes de créations à partir d’aliments.

Selon un rapport du Digital Food Lab , 2019 a été une bonne année pour les foodtech européennes, qui ont levé 2,4 milliards d’euros, principalement dans la livraison, mais d’autres secteurs émergent.