LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Sorties

Luxembourg secret (8/10)

Des jardins baroques au château d’Ansembourg



Peu connus, les jardins du château d’Ansembourg sont un lieu à découvrir. (Photo: Fabrizio Maltese/Luxembourg for Tourism)

Peu connus, les jardins du château d’Ansembourg sont un lieu à découvrir. (Photo: Fabrizio Maltese/Luxembourg for Tourism)

Tout au long de l’été, la rédaction de Paperjam vous propose de découvrir des endroits insolites ou peu connus au Luxembourg. Aujourd’hui, partons à la découverte des jardins baroques du château d’Ansembourg.

Le château d’Ansembourg fait partie de la vallée des Sept Châteaux dont le circuit, long de 24km, est bien indiqué tout au long du chemin.

Ansembourg compte en fait deux châteaux: l’ancien, aujourd’hui demeure privée encore habitée par le comte Gaston-Gaëtan d’Ansembourg et sa famille, et le nouveau, dont les très beaux jardins sont ouverts au public.

Le nouveau château, ou «Maison de maître des forges», a été construit entre 1639 et 1647 pour Thomas Bidart, un métallurgiste de Dinant, qui exploitait une fonderie dans les environs de Septfontaines et une forge près de la rivière de l’Eisch, en dessous de l’ancien château. Le château fut progressivement agrandi par ses descendants, au 18e siècle.

Les jardins, quant à eux, ont été construits entre 1730 et 1750, sur demande du comte Lambert-Joseph.

Ces jardins sont conçus comme des lieux d’agrément, dans le goût de l’époque, et répondent au style baroque. Afin de suivre la pente du terrain, ils sont aménagés en terrasses, bordés d’allées, ponctués par des jeux d’eau alignés. Pour agrémenter la promenade, de nombreuses sculptures jalonnent les allées.

L’allée de la mythologie met en regard des statues à la symbolique complémentaire, comme ici au premier plan Vénus et Hercule. (photo: Paperjam)

1 / 5

Quatre colosses, aux mains liés derrière le dos, ornent la loggia du château. (photo: Paperjam)

2 / 5

L’aigle bicéphale rend hommage à la monarchie autrichienne. (photo: Paperjam)

3 / 5

Le triton souffle dans une conque pour appeler les eaux. (photo: Paperjam)

4 / 5

Le jardin abrite de nombreux espaces d’arbres fruitiers, dont des pommiers. (photo: Paperjam)

5 / 5

On y trouve notamment l’allée de la mythologie, restaurée en 1999, où les héros mythologiques se font face et révèlent une complémentarité symbolique tout en rendant hommage aux anciens propriétaires du château. Par exemple, Hercule fait face à Vénus, Pomone à Mercure (il ne suffit pas seulement de produire – Pomone symbolise l’abondance, encore faut-il pouvoir distribuer et vendre; Mercure symbolise le déplacement et donc par extension la distribution).

Près de la rivière, des statues d’animaux fantastiques sont une invitation à la rêverie et à l’extraordinaire. Dans la loggia du château, quatre colosses symbolisent les quatre continents. Ou encore, dans une des fontaines, un triton souffle dans une conque pour appeler les eaux après le déluge, et l’aigle bicéphale rappelle la monarchie autrichienne qui a anobli les anciens propriétaires.

Le jardin compte par ailleurs des végétaux remarquables, dont une impressionnante collection de roses rares, de nombreuses essences de pommiers et autres arbres fruitiers ou encore une des plus longues charmilles du pays qui longe la rivière. On y trouve également des labyrinthes qui ont été restitués selon les dessins de l’époque.

Ouvert de 10h à 18h30, visite libre