POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Bilan de la saison

«Investir dans l’infrastructure touristique est payant»



264431.jpg

Selon les retours de terrain, Lex Delles estime que la saison estivale aura été bonne pour les acteurs du secteur. (Photo: Patricia Pitsch/Archives Maison Moderne)

Les chiffres de la saison touristique estivale ne sont pas encore connus. Mais d’après les retours de terrain, le ministre du Tourisme Lex Delles estime que le bilan sera positif.

La «guerre» des chiffres n’aura plus lieu. Habituellement, le bilan d’une saison touristique se dressait sur base du nombre de nuitées, de séjours dans les campings... Non sans que les cartes se brouillent puisque les chiffres du Statec et ceux du LCTO (Luxembourg City Tourist Office), par exemple, n’étaient pas toujours les mêmes.

Pour y voir plus clair, de l’ordre a été mis et désormais ce seront les données du Statec qui serviront de baromètre. Pour l’été qui se termine, il est évidemment encore trop tôt pour en disposer. «Nous venons seulement d’avoir ceux de l’année 2018», avance d’ailleurs  Lex Delles , ministre du Tourisme.

Celui-ci ne peut donc commenter l’activité de juillet et août que sur base de ce qui lui est revenu des opérateurs de terrain. «Et on me dit que la saison a été belle», indique le ministre. «Il est vrai que la météo a été favorable. Mais ce que je constate surtout, c’est qu’investir dans l’infrastructure, notamment hôtelière ou de séjour, porte ses fruits. Là où des efforts ont été faits, le résultat est quasi immédiat. L’exemple du Camping Cascade dans le Mullerthal l’illustre bien.»

Les demandes évoluent

De nombreux acteurs du secteur touristique ont constaté que les demandes des clients avaient beaucoup évolué. Avant il fallait s’adapter, rapidement, si ce n’était déjà fait. «Avant de demander la clef de sa chambre, on réclame le code wifi», souligne Lex Delles. «Le touriste n’a plus du tout les mêmes attentes que voici 10 ans.» Évidemment, investir demande un effort. «Mais le ministère du Tourisme est là pour éventuellement aider. À hauteur de 10% pour les infrastructures moyennes, 20% dans les petites.»

Des investissements qui peuvent aussi être publics. «Bien entendu, et je dis souvent qu’une commune qui investit dans le tourisme investit dans le bien-être de ses habitants. C’est le cas quand on aménage des sentiers, quand on développe des randonnées, des parkings...», précise encore Lex Delles.

Des vacances à Vianden

Un ministre qui croit beaucoup dans les campagnes «Vakanz doheem» qui doivent inciter les résidents à passer leurs vacances au Luxembourg. «Les résidents, mais aussi les habitants de la Grande Région. Nous avons en effet une histoire commune, des liens forts, des choses à redécouvrir à plein de niveaux... Le Luxembourg est une vraie destination touristique. Cette année, nous avons organisé un concours dans le cadre de cette opération jusqu’au 15 septembre, via Instagram et Facebook. Et j’ai vu que le hashtag #vakanzdoheem circulait beaucoup.» 

Lex Delles a lui-même testé le concept. C’est en effet à Vianden qu’il a passé une semaine de vacances. «Et je n’ai pas tout vu! Du moins pas tout ce que je voulais voir. J’encourage chacun à le faire, c’est formidable. Je connaissais évidemment Diekirch, mais j’ai réellement redécouvert la ville d’un tout autre œil en vacances», conclut-il, non sans enthousiasme.