POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Selon l’Oms

Les infirmiers, aussi précieux que rares



À l’image du personnel du Centre hospitalier du Nord, la pandémie de coronavirus montre toute l’importance des infirmiers et infirmières (neuf sur dix sont des femmes). Il en manque près de 6 millions dans le monde, selon l’OMS (Photo: Gilles Martin / Centre hospitalier du Nord)

À l’image du personnel du Centre hospitalier du Nord, la pandémie de coronavirus montre toute l’importance des infirmiers et infirmières (neuf sur dix sont des femmes). Il en manque près de 6 millions dans le monde, selon l’OMS (Photo: Gilles Martin / Centre hospitalier du Nord)

L’Organisation mondiale de la santé a publié, ce mardi matin, un état des lieux du personnel infirmier: 28 millions d’infirmières et d’infirmiers sont auprès des patients. Il en manque près de 6 millions pour répondre aux besoins.

«Le personnel infirmier constitue la cheville ouvrière de tout le système de santé. À l’heure qu’il est, un grand nombre d’infirmiers et d’infirmières se retrouvent en première ligne du combat contre le Covid-19», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à l’occasion d’un rapport sur l’état des forces en présence du personnel infirmier en cette Journée mondiale de la santé.

Selon ce rapport de 144 pages, les infirmiers et infirmières sont 27,9 millions sur la planète, et il en manque 5,9 millions pour assurer la base des soins nécessaires aux patients. Les infirmiers représentent 59% des personnels de santé.

«Plus de 80% des effectifs mondiaux du personnel infirmier exercent dans des pays regroupant la moitié de la population mondiale. De même, un membre du personnel infirmier sur huit travaille dans un pays différent de celui où il est né ou a été formé. Le vieillissement menace également les effectifs mondiaux de la profession: un membre du personnel infirmier sur six devrait partir à la retraite au cours des 10 prochaines années», prévient le rapport.

En vue de prévenir une pénurie planétaire, le rapport estime que les pays qui y sont déjà confrontés doivent augmenter le nombre total de diplômés en soins infirmiers de 8% par an en moyenne, mais également les rendre plus à même de trouver un emploi et de le conserver au sein du système de santé. Cela représenterait un investissement d’environ 10 dollars par habitant et par an.

Les femmes représentent environ 90% du personnel infirmier. Pour autant, peu d’infirmières se trouvent à des postes à responsabilités dans le secteur de la santé, l’essentiel étant occupé par des hommes.

Or, lorsque les pays donnent la possibilité au personnel infirmier d’assumer un rôle de direction, par exemple en créant un poste de directeur général des soins infirmiers (ou un poste équivalent) au niveau de l’administration centrale ou en disposant de programmes de renforcement des capacités de direction du personnel infirmier, les conditions de la profession s’améliorent.