ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Relèvement des quotas

Les industriels de l’acier inquiets



«Il s’agit de la pire crise que nous ayons connue depuis des décennies», selon Luis Colunga. (Photo: Shutterstock)

«Il s’agit de la pire crise que nous ayons connue depuis des décennies», selon Luis Colunga. (Photo: Shutterstock)

Selon les deux groupements des industriels de l’acier, alors que la demande a chuté de 50% en raison de la crise du Covid-19, l’Union européenne aurait décidé de relever les quotas d’importation en Europe, ouvrant la voie aux aciers low cost de Turquie et de Chine.

«Il s’agit de la pire crise que nous ayons connue depuis des décennies, et elle représente une incapacité à exploiter au maximum l’outil de sauvegarde. Cela pourrait entraîner des milliers d’emplois et coûter des milliards de dollars aux contribuables, si la fermeture des installations sidérurgiques qui s’ensuivait en Europe ne pouvait être empêchée par d’autres mesures», a déclaré Luis Colunga, secrétaire général adjoint d’IndustriAll Europe, dans un communiqué.

Lors de la réunion du Conseil des affaires étrangères du 9 juin, plusieurs États membres avaient exhorté la Commission à apporter des ajustements à la proposition de réexamen des sauvegardes, tout en ne demandant pas la réduction drastique des quotas et l’élimination des quotas non utilisés demandés par l’industrie sidérurgique. Seules des modifications mineures ont été apportées aux propositions à la suite des pressions exercées par les États membres, mais elles ne suffisent pas dans le contexte actuel de changement, selon l’industrie.

«Nous avons constaté un effondrement de 50% de la demande d’acier de l’UE depuis mars, mais le quota d’importation en franchise de droits a encore été relevé. Objectivement, cela n’a aucun sens. Nous nous attendions à une décision claire pour l’industrie européenne. Cela ne s’est pas produit. Les changements techniques marginaux qui en résultent peuvent aider l’un ou l’autre groupe de produits sidérurgiques, mais la plupart de notre industrie a été laissée de côté», a déclaré Axel Eggert, directeur général d’Eurofer.

Selon le document publié ce mardi par la Commission européenne , ces quotas vont être relevés de 25% même si le mécanisme baisse à nouveau à partir du 1er janvier 2021.