POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Éolien offshore

Île énergétique: un projet à 30 milliards d’euros



Claude Turmes détaille son plan estimé à 30 milliards d’euros pour l’éolien offshore à La Tribune. (Photos: Matic Zorman/Maison Moderne/Archives; DR. Montage: Maison Moderne)

Claude Turmes détaille son plan estimé à 30 milliards d’euros pour l’éolien offshore à La Tribune. (Photos: Matic Zorman/Maison Moderne/Archives; DR. Montage: Maison Moderne)

Dans une interview à La Tribune, le ministre de l’Énergie luxembourgeois détaille son plan pour développer l’éolien offshore avec le Danemark. Estimé à 30 milliards d’euros, il vise à installer entre 10.000 et 12.000 mégawatts d’éolien sur des «îles énergétiques».

«Comment le Luxembourg, pays sans littoral, veut développer l’éolien en mer». Tel est le titre d’une interview du ministre de l’Énergie et de l’Aménagement du territoire,  Claude Turmes (déi Gréng),  publiée par le média économique français La Tribune.

Il y détaille son projet pour développer l’éolien offshore. «Mais votre pays ne possède pas de frontière maritime!», s’étonne le journaliste. Il s’agit en fait du projet dévoilé en juin dernier en collaboration avec le Danemark.

Les deux pays veulent créer des îles énergétiques artificielles. Situées au large de la côte danoise, elles seront reliées à des centaines d’éoliennes offshore et fourniront de l’électricité verte pour couvrir les besoins en électricité de millions de ménages européens. Claude Turmes précise dans La Tribune l’accord de coopération pour une île en mer du Nord. «Il est prévu d’y installer entre 10.000 et 12.000 mégawatts d’éolien. Ce projet estimé à près de 30 milliards d’euros permettra de remplacer le pétrole et le gaz dans le chauffage et dans le transport.» Il considère que «l’éolien en mer représente 5.000 heures pleines d’électricité dont le prix sera inférieur de moitié à celui de la production nucléaire».

Des questions sur le nucléaire

Il résume: «Notre ambition est d’atteindre un seuil de 25% d’énergies vertes dans notre bouquet d’ici à 2030, et une neutralité climatique d’ici à 2050.»

Pourquoi produire son électricité au Danemark? «Nous faisons partie de la coalition de la mer du Nord, gérée par le secrétariat du Benelux. Les électrons produits devant la côte danoise, belge ou allemande arrivent déjà au Luxembourg par notre réseau électrique intégré», répond-il.

Dans l’interview, le ministre revient aussi sur son opposition au nucléaire et se dit surpris par le programme français pour le relancer. Il parle d’«énorme gâchis» au sujet de la proposition de la Commission européenne de labelliser le nucléaire vert . Il ne songe pas, en revanche, à une intervention financière luxembourgeoise pour la fermeture de la centrale de Cattenom.