ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

CES de las vegas

Ilana Devillers (Food4All) séduit l’Amérique



Avec son projet inédit aux États-Unis, Ilana Devillers (F4A) a vu les Américains lui faire les yeux doux. (Photo: Jan Hanrion / Patricia Pitsch)

Avec son projet inédit aux États-Unis, Ilana Devillers (F4A) a vu les Américains lui faire les yeux doux. (Photo: Jan Hanrion / Patricia Pitsch)

La fondatrice de Food4All et lauréate de la première édition des Start-up Stories, Ilana Devillers, profite pleinement de sa présence au Consumer Electronics Show de Las Vegas. Le rêve américain se dessine.

Les yeux brillent dans la nuit du Nevada. Ilana Devillers vient de rentrer à son hôtel après une incroyable journée au Consumer Electronics Show de Las Vegas.

La première minute de ce Facetime improvisé vendredi matin trahit le contrecoup de la journée. «C’est un peu fatigant: il y a beaucoup de choses à faire. Je tiens le stand de Food4All seule et je dois naviguer entre les rendez-vous et les gens qui passent.»

Mais la lauréate de la première édition des Start-up Stories de Paperjam reprend vite son débit de battante à l’insatiable appétit: «J’ai eu de très bons contacts. Des ‘grosses têtes’ américaines sont venues, et aussi des représentants du retail. Après, Las Vegas, c’est plus un salon orienté vers le grand public que vers le retail. Mais c’est une chouette expérience! La visibilité qu’offre le salon est incroyable!»

Des contacts rapides et directs

La jeune Européenne «tombe» bien, explique-t-elle: «Les Américains comprennent directement la technologie qui est derrière, où l’on veut arriver tant avec l’application qu’avec le logiciel! Mais les États-Unis sont en train de prendre conscience des questions climatiques ou environnementales. Ce sont deux mondes différents, mais ils bougent très vite!»

Sur le stand, celle qui se destinait à une carrière d’avocate a présenté son nouveau jeu, développé avec les Virtual Rangers, autre start-up luxembourgeoise qui a le vent en poupe. «Ça dure 1min30, mais les visiteurs n’ont pas le temps. Ils passent, posent deux ou trois questions, ça va très vite. L’expérience est à refaire, mais pas seule! Des contacts avaient déjà programmé des meetings avec moi, je suis allée d’un endroit à un autre.»

Et alors que le directeur commercial de Luxfactory, Fabrice Testa, disait cette semaine que les entrepreneurs doivent directement assurer le suivi de ces contacts. Ilana Devillers a déjà envoyé des e-mails et même des pitchs, «puisque j’avais quelques propositions financières».

Direction New York

Elle n’a même pas le choix, puisque la jeune femme ne rentre pas au Luxembourg après le CES mais met le cap sur New York. Elle enchaîne avec  le plus gros salon mondial du retail, le NRF 2020 , organisé par la National Retail Federation et auquel participeront 800 exposants et plus de 30.000 professionnels. 

Celui-ci se déroulera du 12 au 14 janvier. Sont annoncés le CEO de Microsoft, Satya Nadella, ou celui de Starbucks, Kevin Johnson, par exemple. La fondatrice de Food4All ne sera pas la seule ambassadrice du Luxembourg, puisque des représentants de  R-Pac , société de Windhof spécialisée dans l’emballage, et de  Worldline , une fintech du paiement, seront aussi de la partie.

«J’ai aussi reçu des marques d’intérêt du côté de Los Angeles. J’avais prévu de revenir aux États-Unis en mars, mais j’ai bien l'impression que je vais devoir accélérer le calendrier!»

La nuit sera courte. Mais Ilana Devillers a l’habitude de vivre à 100 à l’heure.