POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

MON GESTE VERT

«Nous portons le projet Zero Single-Use Plastic»



260976.jpg

Nancy Thomas: «À horizon fin 2020, les entreprises signataires du manifeste Zero Single-Use Plastic visent à supprimer les produits de la liste, ce qui représente environ 145 tonnes de plastique à usage unique par an.» (Photo: Sébastien Goossens/archives)

Conjuguer succès économique et impératif écologique, c’est possible! Tous les jours, un dirigeant d’entreprise nous raconte son expérience en la matière. Aujourd’hui, Nancy Thomas, directrice d’IMS.

Quelles actions avez-vous mises en place pour contribuer à la préservation de l’environnement?

Nancy Thomas .- «IMS – Inspiring More Sustainability est, depuis plus de 10 ans, le réseau leader des entreprises luxembourgeoises engagées en matière de responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Nos projets s’articulent autour des trois piliers du développement durable: people, planet, prosperity.

Concernant le volet environnemental, nous travaillons sur la mobilité, le gaspillage alimentaire et, depuis 2018, nous portons particulièrement le projet Zero Single-Use Plastic avec le ministère de l’Environnement, du Climat et du Développement durable. Le projet va plus loin que la directive européenne et vise à éliminer une liste de produits de plastique à usage unique au sein des entreprises. Aujourd’hui, nous comptons 57 signataires que nous accompagnons pour atteindre leurs objectifs.

Avec l’aide du MECDD, de Valorlux et de la SDK, IMS accompagne ses membres à travers plusieurs ateliers.
Nancy Thomas

Nancy Thomas,  directrice,  IMS

Quel est le but recherché?

«À horizon fin 2020, les entreprises signataires du manifeste Zero Single-Use Plastic visent à supprimer les produits de la liste, ce qui représente environ 145 tonnes de plastique à usage unique par an (sur base des signataires répondant à l’audit).

Quelles ressources ont été nécessaires?

«Avec l’aide du MECDD, de Valorlux et de la SDK, IMS accompagne ses membres à travers plusieurs ateliers. Nous abordons plusieurs thématiques comme la bureautique, l’événementiel et la restauration d’entreprise pour échanger et trouver ensemble des solutions durables afin de supprimer le plastique ultra-jetable.

Quels ont été les difficultés et les défis rencontrés?

«Certains produits sont plus difficiles à supprimer ou à remplacer. IMS s’attelle actuellement à rencontrer divers fournisseurs à travers la Grande Région pour analyser les freins et trouver conjointement des solutions qui conviendront à toutes les parties prenantes.

IMS travaille également sur d’autres enjeux environnementaux comme le grand sujet de la mobilité, le gaspillage alimentaire ou encore le ‘corporate gardening’.
Nancy Thomas

Nancy Thomas,  directrice,  IMS

Quels sont vos prochains objectifs environnementaux?

«Après avoir entendu les difficultés rencontrées par les signataires du manifeste et après avoir échangé avec les fournisseurs, IMS développe une boîte à outils qui rassemblera les bonnes pratiques et les ‘fausses bonnes idées’ pour atteindre l’objectif à horizon fin 2020.

IMS travaille également sur d’autres enjeux environnementaux comme le grand sujet de la mobilité, le gaspillage alimentaire ou encore le ‘corporate gardening’.

Comment combinez-vous enjeux environnementaux et business?

«IMS explore de nouvelles solutions et teste concrètement des alternatives durables, via des groupes de travail et des projets pilotes à impact positif. Au travers de ces projets, nous facilitons les initiatives innovantes en mobilisant toutes les parties prenantes (privées, publiques et associatives).»