POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Force de réaction européenne

L’idée d’une Europe de la défense relancée



Josep Borrell i Fontelles, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, et François Bausch, ministre de la Défense, ainsi que Matej Tonin, ministre de la Défense de Slovénie, ont pu échangé sur la question d’une Europe de la défense. (Photo: Primoz Predalic/SIP)

Josep Borrell i Fontelles, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, et François Bausch, ministre de la Défense, ainsi que Matej Tonin, ministre de la Défense de Slovénie, ont pu échangé sur la question d’une Europe de la défense. (Photo: Primoz Predalic/SIP)

La débâcle en Afghanistan a relancé l’idée d’une Europe de la défense et la nécessité de se doter d’une force d’intervention intégrée au sein de l’Union européenne.

C’est un vaste serpent de mer qui a commencé lors du Conseil européen de décembre 1999 à Helsinki. À l’époque, les dirigeants européens avaient approuvé la mise en place, dès 2003, d’une force terrestre de réaction rapide pouvant mobiliser jusqu’à 60.000 militaires. En 2021, cette force d’intervention européenne n’existe toujours pas.

Réunis à Ljubljana, en Slovénie, les ministres de la Défense de l’Union européenne ont dressé un bilan de la situation en Afghanistan , tout en abordant la question des partenariats et du développement des capacités militaires au niveau européen. Autrement dit, la possibilité d’intervenir militairement lors d’une situation de crise sans devoir dépendre des États-Unis. «Les événements en Afghanistan reconfirment le besoin d’autonomie stratégique européenne en matière de défense», a déclaré à cette occasion  François Bausch  (déi Gréng), ministre de la Défense.

« Ce qui vient de se passer en Afghanistan nous montre que nous devons adopter une approche beaucoup plus critique par rapport à l’engagement européen. Cela inclut des objectifs plus réalistes liés à des conditionnalités et des réformes concrètes à entreprendre par nos partenaires sahéliens», a ajouté le ministre luxembourgeois.

Mais une telle force de réaction est complexe à mettre en place au niveau européen, et surtout très coûteuse. De plus, les pays européens sont divisés sur la question.

Les ministres européens de la Défense ont également abordé les défis géostratégiques de la coopération future avec l’Otan et l’Onu.