PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Revue de presse

L’idée d’une «bad bank» européenne est dans l’air



Si les 430 milliards d’euros d’avoirs détenus par les banques devraient suffire à faire face au choc du Covid-19, le patron de l’Autorité bancaire européenne ne balaie pas l’idée d’une «bad bank» européenne. (Photo: Shutterstock)

Si les 430 milliards d’euros d’avoirs détenus par les banques devraient suffire à faire face au choc du Covid-19, le patron de l’Autorité bancaire européenne ne balaie pas l’idée d’une «bad bank» européenne. (Photo: Shutterstock)

Le patron de l’Autorité bancaire européenne n’écarte pas l’idée de créer une «bad bank» européenne pour faire face aux crédits non remboursés, auxquels les banques pourraient être confrontées au sortir de la crise du Covid-19.

Les gouvernements des États membres auront tout fait, très vite, pour mettre de l’huile (financière) dans les rouages de l’économie européenne et éviter que manquent les liquidités.

La sortie de la crise dira comment les entreprises ont pu encaisser le confinement généralisé et variable d’un pays à un autre. 

Dans une interview accordée à Reuters, le patron de l’Autorité bancaire européenne, l’Espagnol José Manuel Campa, ne semble pas fermer la porte à l’idée d’une «bad bank» européenne, qui réunisse tous les crédits que les entreprises en faillite ne parviennent pas à rembourser.

Il pourrait difficilement avoir une autre position: c’est lui, alors secrétaire d’État à l’Économie espagnol, qui avait invité son gouvernement à la création d’une «bad bank» nationale, au sortir de la crise de 2008-2009, pour les mêmes raisons, rappelle Reuters .

Il conclut toutefois, comme sur le site internet de l’ABE , que les 430 milliards d’euros que les banques ont accumulés en fonds propres pour répondre aux exigences réglementaires devraient suffire à faire face à cette crise.