POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

CLAUDIA MONTI, ombudsman

«L’humain inhérent à toute relation administrative»



Véritable lien entre les doléances des citoyens et l’Administration, l’ombudsman Claudia Monti a présenté ce lundi 19 avril son rapport d’activité pour l’année 2019 aux députés. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Véritable lien entre les doléances des citoyens et l’Administration, l’ombudsman Claudia Monti a présenté ce lundi 19 avril son rapport d’activité pour l’année 2019 aux députés. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

La médiatrice Claudia Monti a présenté ce lundi 19 avril son rapport 2019 devant les députés. Elle a notamment regretté faire trop souvent face à «un processus décisionnel écartant toute logique sociale ou empathie».

Véritable lien entre les doléances des citoyens et l’Administration, l’ombudsman Claudia Monti a présenté ce lundi 19 avril son rapport d’activité pour l’année 2019 aux députés. En préambule à son intervention, l’avocate de formation et ancienne vice-présidente du DP a cité l’ancien président de la République française Valéry Giscard d’Estaing: «Un projet de société se définit par la place qu’il attribue à l’Homme, et par la relation qu’il établit entre l’individu et la collectivité.»

Une problématique que Claudia Monti dit rencontrer au quotidien dans sa fonction de médiatrice. «À la lecture des rapports d’activité publiés depuis la mise en place de l’institution du médiateur (2003, ndlr), je ne peux (…) que regretter faire encore trop souvent face à des situations tragiques, sinon humainement difficiles à justifier, générées par un processus décisionnel écartant toute logique sociale ou empathie.»

975 réclamations introduites

La médiatrice reconnaît toutefois qu’«au terme de cette troisième année de mandat , je constate que nombre d’administrations étatiques et communales ont pris à cœur d’entretenir cette relation avec l’administré au-delà d’un aspect purement bureaucratique, en facilitant par exemple les démarches, en multipliant l’information pré et post-décisionnelle, ou encore en adaptant leurs réponses types à la situation concrète de l’administré».

En chiffres, le rapport de 128 pages fait état de 748 réclamations clôturées (sur 975 introduites auprès du médiateur du Luxembourg), dont 469 ont été jugées recevables. Au cours de l’exercice 2019, le médiateur est intervenu auprès de l’Administration dans le cadre de 252 réclamations et, dans 87,3% des cas, son intervention a permis d’obtenir une correction totale ou partielle de la situation administrative contestée.

Défense des regroupements familiaux

Parmi les dossiers traités par le médiateur, il y a notamment le cas d’un «classement douteux d’une propriété privée en zone de bâtiments et d’équipements publics dans le cadre d’un projet d’aménagement général», le refus de célébrer un mariage, ou des factures d’eau élevées.

Les équipes de Claudia Monti sont également intervenues auprès du ministère des Affaires étrangères, dans le cadre d’un refus de protection internationale, mais également de regroupements familiaux. Le rapport constate d’ailleurs «qu’en 2019, (le médiateur) a encore régulièrement reçu des réclamations en matière de regroupements familiaux et que les relations entre la cellule compétente et son service sont restées productives, alors que les collaborateurs réservent habituellement des réponses rapides aux demandes d’informations du médiateur et de ses collaborateurs».