ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Dans la ville haute

Les Hommes d’Amsterdam choisissent Luxembourg



Laurens Krekels et Bram ter Harmsel veulent compléter l’offre en costumes au Luxembourg. (Photo: Les Hommes d’Amsterdam)

Laurens Krekels et Bram ter Harmsel veulent compléter l’offre en costumes au Luxembourg. (Photo: Les Hommes d’Amsterdam)

Costumes sur mesure et chaussures, sans oublier des articles de prêt-à-porter: l’enseigne Les Hommes d’Amsterdam ouvre jeudi prochain dans la Grand-Rue.

Une nouvelle ouverture de commerce se prépare en ville haute: Les Hommes d’Amsterdam devraient accueillir leurs premiers clients le jeudi 9 septembre au 74, Grand-Rue.

À la tête de cette nouvelle enseigne, Laurens Krekels et Bram ter Harmsel arrivent des Pays-Bas avec des idées plein la tête: proposer des marques exclusives de costumes et vêtements pour hommes ainsi qu’une offre sur mesure grâce à un partenariat avec un atelier italien, qui livre les articles en 20 jours au Luxembourg.

«Nous sommes complémentaires: Bram va travailler dans le magasin, je veillerai au côté opérationnel», illustre Laurens Krekels. Ce dernier travaille dans la gestion de fortune tout en lançant son affaire avec son associé, qui a, pour sa part, officié pour la marque italienne Corneliani, présente d’ailleurs dans le portefeuille de l’enseigne.

Celle-ci occupera 120m² situés juste en face du prochain Sidestep , une autre ouverture attendue en ville haute, signée aussi par Cushman & Wakefield.

Vers une demande accrue?

«Nous avons constaté qu’à Luxembourg, l’offre en luxe pour homme fait défaut», explique Laurens Krekels à Paperjam. «Nous observons qu’il y a une demande pour ce segment, qui plus est à l’heure de la reprise du travail en présentiel.»

Force est de constater que l’offre en costumes connaît quelques évolutions ces derniers mois dans la capitale, avec notamment la faillite de la boutique Thilges en juin 2020. Mais de nouveaux acteurs arrivent, comme Brunello Cucinelli cet été, dans la rue Philippe II. Inauguré le 13 février 2020, juste avant l’éclatement de la pandémie de Covid-19, la maison Ferala, rue Notre-Dame, observe pour sa part un regain d’activité tant pour les costumes que les tenues de cérémonie.

«La concurrence nous montre qu’il y a un marché, et à nos yeux, cela va apporter davantage de passage de clientèle haut de gamme en centre-ville», analyse Aleksandra Nowikowska, associée chez Ferala Luxembourg.

Pour se distinguer, la nouvelle enseigne annonce un bar ainsi que la vente de sneakers habillées personnalisables. «Ce magasin est une première étape, mais nous avons d’autres projets», laisse entendre le duo. Celui-ci a investi quelque 180.000 euros dans son affaire.