POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Revue de presse

Henri Grethen disponible pour siéger chez ArcelorMittal



Henri Grethen aurait dissuadé Étienne Schneider de partir du gouvernement si son avis lui avait été demandé. (Photo: Capture d’écran/100,7)

Henri Grethen aurait dissuadé Étienne Schneider de partir du gouvernement si son avis lui avait été demandé. (Photo: Capture d’écran/100,7)

Alors que le nom du futur ex-ministre de l’Économie, Étienne Schneider, circulait pour remplacer Jeannot Krecké au CA d’ArcelorMittal, Henri Grethen (DP), tout juste parti de la Cour des comptes européenne, est aussi disponible.

Qui pour représenter l’État-actionnaire au conseil d’administration d’ArcelorMittal? Le départ de l’ancien ministre de l’Économie,  Jeannot Krecké  (LSAP), avait été évoqué par le principal intéressé fin 2019 dans les lignes du Tageblatt.  Il siège au CA du leader mondial de la sidérurgie depuis 2010 .

Voici un nouveau prétendant potentiel: l’ancien ministre de l’Économie (1999-2004), Henri Grethen (DP).

Celui qui avait un temps brigué, en 2016, la présidence de la Banque et caisse d’épargne de l’État –  avant de se retirer  - était l’invité dimanche de Radio 100,7.  Il s’est dit disponible pour ce mandat, si on lui demande.

À l’antenne de nos confrères, celui qui était plutôt en faveur d’une coalition avec le CSV en 2013 se montre circonspect quant à la présence de deux anciens militants de gauche au rang de vice-Premier ministre, en l’occurrence François Bausch (Dei Gréng) et Dan Kersch (LSAP). L’un en raison du départ à l’été, pour raison de santé, de Felix Braz , l’autre en raison de la démission d’ Étienne Schneider prévue le 4 février prochain. Une décision qu’Henri Grethen ne voit d’ailleurs pas d’un très bon œil.

Étienne Schneider avait été cité par nos confères de Reporter pour remplacer Jeannot Krecké chez ArcelorMittal. «Mais j’ai refusé toute discussion tant que je n’avais pas quitté le gouvernement», précisait Étienne Schneider  lors de la conférence de presse tenue le 23 décembre dernier  pour préciser la date de son départ, le 4 février prochain. Il avait alors démenti toute négociation pour une fonction au sein d’ArcelorMittal.

Récemment parti de la Cour des comptes européenne (entré en 2008)  où Joëlle Elvinger le remplace en tant que représentant luxembourgeois , Henri Grethen ne doit pas respecter de délai pour siéger dans l’industrie.

Comme le prévoit le code de déontologie que doivent respecter les membres du gouvernement, Étienne Schneider devrait quant à lui, théoriquement, respecter une période de transition de deux ans avant d’occuper un mandat dans le privé.

Réécouter l’interview sur Radio 100,7 .