PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

résultats annuels

Le groupe BNP Paribas a limité sa chute



Selon son administrateur directeur général, le groupe a su faire preuve d’une très grande résilience. (Photo: Shutterstock)

Selon son administrateur directeur général, le groupe a su faire preuve d’une très grande résilience. (Photo: Shutterstock)

Le résultat net du groupe BNP Paribas atteint finalement un tout petit peu plus que 7 milliards d’euros, soit 13,5% de moins qu’en 2019. C’est mieux que les 20% de chute annoncés en mai.

Tout n’est pas rose, mais tout n’est pas non plus aussi catastrophique qu’attendu. Dans ses résultats annuels dévoilés ce vendredi, le groupe BNP Paribas fait état d’un résultat net part de 7,067 milliards d’euros pour l’année 2020, pour 44,275 milliards de revenus. Par rapport à 2019, la baisse est de 13,5%. Un résultat finalement meilleur, alors qu’en mai dernier, il avait été annoncé la possibilité d’une chute de 20% du résultat net. Hors éléments exceptionnels, il faut noter qu’il s’établit à 6,803 milliards d’euros, en baisse de 19,2%.

La banque de financement et d’investissement très sollicitée

C’est la banque de financement et d'investissement (CIB) qui a permis d’amortir le choc de la crise, en voyant ses revenus grimper de 13,9% et progresser bien plus vite que les charges (+3%). C’est le résultat des «besoins de financement des entreprises, soucieuses de renforcer leurs bilans face à la crise».

La division International Financial Services (IFS), qui regroupe la gestion d’actifs, l’assurance, la banque privée et le crédit à la consommation, a été plus éprouvée avec des revenus diminuant plus rapidement que les charges. Son résultat avant impôts a chuté de 34,5% sur un an.

Quant au pôle Domestic Markets – les banques de détail de BNP Paribas en France, en Belgique, au Luxembourg et en Italie –, il a limité la casse, avec un résultat avant impôts en chute de 13,9%, à 3,2 milliards d’euros.

«BNP Paribas a fait preuve d’une grande résilience grâce à son modèle diversifié et intégré, sa solidité financière, sa transformation digitale et industrielle, ainsi que la puissance d’exécution de ses plateformes. Forts de ces atouts, nous sommes bien positionnés pour entrer dans une nouvelle phase de développement de nos activités», a commenté Jean-Laurent Bonnafé, administrateur directeur général du groupe.

Les résultats propres aux entités luxembourgeoises seront publiés au mois d’avril.