POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

congrès de l’uIA

Le gratin mondial des avocats attendu à Luxembourg



282775.jpg

Le congrès se déroulera principalement au Centre européen des congrès avec une cérémonie d’ouverture au sein de la saisissante Philharmonie. (Photo: Wade Zimmerman)

Le 63e congrès de l’Union internationale des avocats s’ouvre mercredi pour quatre jours de rencontres, conférences et réseautage réunissant plus d’un millier d’avocats.

La destination avait beau être moins alléchante que Porto ou Mexico, Luxembourg a déjà réussi le pari de dépasser la barre des 1.000 congressistes inscrits à la veille de l’ouverture du 63e congrès de l’UIA, la plus grande association d’avocats puisqu’elle couvre 120 pays et a tissé un réseau de plus de 2 millions d’avocats et juristes à travers ses membres individuels et collectifs. La cérémonie d’ouverture se tiendra mercredi à la Philharmonie en présence de S.A.R. le Grand-Duc héritier et sera introduite par le Premier ministre Xavier Bettel .

Le congrès, hébergé par le Centre européen des congrès au Kirchberg, s’étend sur quatre jours et comporte à la fois des sessions de travail des membres de l’UIA (travail en commission, assemblée générale, réseautage) et des conférences de haut vol sur les thèmes principaux retenus par le comité d’organisation – traditionnellement un thème axé sur les affaires et un autre orienté sur les droits de l’Homme, puisque l’UIA est très engagée pour la défense des avocats empêchés d’exercer leur profession à travers le monde.

Des intervenants de renommée internationale

Le premier thème, intitulé «L’innovation et le droit: entre passion et raison », est décliné en trois panels organisés jeudi matin: l’innovation dans les services financiers (avec introduction du ministre des Finances Pierre Gramegna ), l’innovation dans les services juridiques et le droit de l’espace (dans le contexte de la récente législation luxembourgeoise sur l’exploration minière dans l’espace).

C’est Marc Bichler, ambassadeur itinérant du Luxembourg pour les droits de l’Homme, qui présidera la séance consacrée au deuxième thème principal du congrès, «Entreprises et droits de l’Homme» , prévue vendredi matin. Avec un intervenant renommé pour présenter les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme: Dante Pesce, qui a présidé le groupe des Nations unies «Business et droits humains». Il sera également question du respect des droits de l’Homme en tant que source de responsabilité et d’opportunités pour les entreprises.

Le dernier panel sera consacré à la responsabilité des entreprises face à la protection des données, avec une tribune de choix: l’ancienne commissaire chargée des droits fondamentaux Viviane Reding , le juge à la CJUE Thomas von Danwitz, et Herwig Hofmann, le professeur de droit qui a plaidé les affaires Schrems devant la CJUE.

La touche luxembourgeoise

Soucieux de rappeler que ce 63e congrès se tient au pays du Roude Leiw, les organisateurs locaux – Alain Grosjean,  président du comité organisateur, François Prum , président du congrès, et Clara Mara-Marhuenda , présidente du comité national de l’UIA – ont ajouté deux sessions spéciales d’hommage.

La première, programmée jeudi après-midi, est dédiée aux institutions européennes et au droit européen , clin d’œil au statut de capitale européenne cher à Luxembourg qui héberge une partie des services de la Commission européenne, du Parlement européen, ainsi que les sièges de la Cour des comptes européenne, de la Banque européenne d’investissement, sans oublier la Cour de justice de l’UE – en attendant le Parquet européen et la cour d’appel de la juridiction unifiée du brevet.

La seconde session spéciale évoquera la violence à l’encontre des femmes , dans un contexte domestique ou dans les zones sensibles, ainsi que les aspects juridiques de la lutte contre cette violence (comment juger les coupables, quel rôle pour les avocats et les barreaux…). L’occasion d’écouter Céline Bardet, juriste et enquêteur criminel international spécialisée dans les crimes de guerre, et fondatrice de l’ONG We are Not Weapons of War, qui avait coorganisé le symposium «Stand Speak Rise Up!» sous le patronage de S.A.R. la Grande-Duchesse . Cette session se déroulera samedi matin et sera ouverte au grand public, qui pourra y assister gratuitement ( inscriptions ici ).

Les non-juristes pourront également accéder gratuitement à la diffusion du film «Enfants reporters de guerre» de la réalisatrice yéménite Khadija al-Salami, qui a remporté le prix du Comité international de la Croix-Rouge pour la presse, jeudi à 17h au Centre européen des congrès ( inscription ici ).

Certaines sessions sont également gratuites pour les étudiants et les avocats stagiaires de la liste II, qui doivent s’inscrire à cette adresse .