POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

 MISSION ÉCONOMIQUE À DUBAÏ

Un Grand-Duc héritier qui ouvre des portes



Dans un pays comme les Émirats, «la présence d’un souverain est hautement appréciée», souligne René Grosbusch.  (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen)

Dans un pays comme les Émirats, «la présence d’un souverain est hautement appréciée», souligne René Grosbusch. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen)

Le Grand-Duc héritier Guillaume participe à la mission économique luxembourgeoise aux Émirats arabes unis. Sa présence facilite les contacts et est vue comme une reconnaissance, tant par les entrepreneurs luxembourgeois que par les hôtes des Émirats.

Si la mission économique luxembourgeoise aux Émirats arabes unis (EAU) est un succès, c’est en grande partie grâce au Grand-Duc héritier Guillaume . Bien plus qu’une présence symbolique, son rôle est au contraire très actif. Et, souvent, décisif.

«J’ai déjà participé à plusieurs missions économiques avec le Grand-Duc et avec le Grand-Duc héritier, et il est de fait très important qu’ils soient là, l’un ou l’autre», confirme Murat Mutlu, d’Immo Luxembourg. «Ils sont très ouverts et humains, et rendent donc les contacts plus faciles.»

René Grosbusch , fondateur-président de Grosbusch Fruits & Vegetables, abonde dans le même sens: «La réception à laquelle nous avons eu droit lors du ‘business forum’, par exemple, était exceptionnelle de par la présence du Grand-Duc héritier. C’est tout de même prestigieux. Pour nous, le fait qu’il soit là est aussi une reconnaissance. Je pense que nombre de patrons participent à la mission, car il en fait partie, c’est un élément en partie décisif.»

Je les entends souvent dire à quel point ils ont été honorés de le rencontrer. Il est une importante valeur ajoutée.

Patrick Schomaker,  European Air Ambulance

Dans un pays comme les Émirats, «la présence d’un souverain est hautement appréciée», poursuit René Grosbusch. «Le contexte est tout de même particulier dans un royaume comme celui-ci. Le Grand-Duc joue un rôle de facilitateur.» Loïc Bertoli, du LTIO, qui connaît très bien les Émirats, confirme qu’«ici, on peut aller très haut avec un ministre. Mais avec un Grand-Duc, on va encore plus haut. Sa présence lors de cette mission est très appréciée des autorités locales.»

Pour Patrick Schomaker, d’European Air Ambulance, «le Grand-Duc héritier ouvre des portes. Nous, cela nous met sur un piédestal. Mais cela valorise aussi nos clients. Je les entends souvent dire à quel point ils ont été honorés de le rencontrer. Il est une importante valeur ajoutée.»

«Le discours donné à la Chambre de commerce et d’industrie de Dubaï était par exemple très positif», note encore René Grosbusch.

Murat Mutlu: «Le Grand-Duc héritier est très intéressé par le contenu de la mission, et cela se ressent.» (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

1 / 13

Dans un pays comme les Émirats, «la présence d’un souverain est hautement appréciée», poursuit René Grosbusch. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

2 / 13

Pierre Gramegna; S.A.R. le Grand-Duc héritier; Cheikh Nahyan Bin Mubarak Al Nahyan; Elisabeth Cardoso; Étienne Schneider. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

3 / 13

S.A.R. le Grand-Duc héritier; Dr. Ahmad Belhoul Al Falasi, ministre d’État pour l’Enseignement supérieur et président de l’Agence spatiale des Émirats arabes unis. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

4 / 13

Cheikh Nahyan Bin Mubarak Al Nahyan, ministre de la Tolérance des Émirats arabes unis; S.A.R. le Grand-Duc héritier. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

5 / 13

S.A.R. le Grand-Duc héritier; Dr. Ahmad Belhoul Al Falasi. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

6 / 13

S.A.R. le Grand-Duc héritier; Dr. Ahmad Belhoul Al Falasi, ministre d’État pour l’Enseignement supérieur et président de l’Agence spatiale des Émirats arabes unis. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

7 / 13

S.A.R. le Grand-Duc héritier; Majid Saif Al Ghurair, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Dubaï. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

8 / 13

«Le discours donné à la Chambre de commerce et d’industrie de Dubaï était par exemple très positif», note encore René Grosbusch. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

9 / 13

S.A.R. le Grand-Duc héritier; Ali El Khidir, director business development and strategic partnerships - Informa Markets; Peter Hall, president of Informa Markets. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

10 / 13

Philippe Lardenais; S.A.R. le Grand-Duc héritier; Étienne Schneider. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

11 / 13

Olivier Gambini, administrateur, Ima-x; S.A.R. le Grand-Duc héritier; Étienne Schneider. (Photp: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

12 / 13

Pierre Gramegna; Maggy Nagel; S.A.R. le Grand-Duc héritier; Étienne Schneider. (Photo: © SIP / Jean-Christophe Verhaegen, tous droits réservés)

13 / 13

Il prépare les missions avec soin

Mais il n’y a jamais de hasard. Et si le Prince Guillaume remplit aussi bien son rôle, «c’est car il y a en lui un vrai intérêt pour les entreprises luxembourgeoises, le développement du pays, les relations internationales», souligne un haut fonctionnaire. «De fait, il ne pensera jamais simplement venir et serrer des mains. Avant les missions, il demande à être briefé et reçoit des états des lieux de la part des ministères», poursuit notre interlocuteur.

Enfin, le Grand-Duc héritier ne se départit que rarement de son sourire et n’est jamais avare d’un mot aimable. «Et ici, c’est très important, car c’est le contact humain qui est le prélude à tout le reste», confirme encore Loïc Bertoli. Tandis que Patrick Schomaker conclut en trouvant «le Grand-Duc héritier bien dans son rôle à notre époque moderne». Mardi soir, il en a fait la démonstration dans le salon de gala des Jumeirah Emirates Towers en ne refusant aucun selfie à ses interlocuteurs, qui en étaient friands.