LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Un œil sur une œuvre (5/10)

«Good Stuff, The Pleasure Principle» de Bruno Peinado au Mudam



«Good Stuff, The Pleasure Principle» de Bruno Peinado est exposée actuellement au Mudam Luxembourg. (Photo: Mudam Luxembourg)

«Good Stuff, The Pleasure Principle» de Bruno Peinado est exposée actuellement au Mudam Luxembourg. (Photo: Mudam Luxembourg)

Dans le cadre de l’opération «Un été pas comme les autres», Paperjam propose de découvrir une œuvre exposée actuellement au Luxembourg. Cette semaine, allons à la découverte de l’œuvre de Bruno Peinado, «Good Stuff, The Pleasure Principle» (2010), exposée au Mudam.

Pour son exposition d’été, le Mudam propose de faire (re)découvrir aux visiteurs des œuvres de sa collection. «Hier, aujourd’hui, demain: Œuvres de la collection Mudam» présente sur trois niveaux des installations vidéo grand format, ainsi qu’une sélection de peintures et de sculptures mettant en lumière le cadre architectural unique du musée. Le fil rouge tendu entre les œuvres est aussi un va-et-vient entre passé et présent, une mise en exergue de comment les œuvres d’art s’ancrent dans une perspective historique tout en demeurant sujettes à une réévaluation selon l’époque à laquelle elles sont présentées.

Au sein de cette exposition est présentée l’œuvre de Bruno Peinado, «Good Stuff, The Pleasure Principle» (2010). Voici comment le Mudam explique cette sculpture:

«Bruno Peinado (*1970, Montpellier) est maître dans l’art du métissage des formes et de concepts issus de tous les domaines de la culture, qu’elle soit classique, baroque ou pop, savante ou populaire. Son travail est principalement constitué d’installations et de sculptures. Pour ‘Good Stuff, The Pleasure Principle’ (2010), il a eu recours au jeu de construction ‘House of Cards’, conçu en 1952 par le couple de designers et architectes Charles et Ray Eames (1907, Saint-Louis-1978, Saint-Louis/1912, Sacramento-1988, Los Angeles), qu’il a agrandi en une sculpture architectonique et constructiviste. Modulable dans son principe d’assemblage, l’œuvre a été déclinée depuis 2000 en plusieurs versions, toutes créées en référence à ce jeu. La surface colorée des 23 cartes est parfaitement laquée, reflétant ainsi l’intérêt de Bruno Peinado pour le mouvement artistique californien ‘Finish Fetish’ des années 1960 et 1970. Le titre de l’œuvre fait référence à un concept du psychanalyste Sigmund Freud (1856, Freiberg-1939, Londres) pour décrire la poursuite instinctive du plaisir et l’évitement de la douleur pour satisfaire des besoins biologiques et psychologiques. Empreinte de la légèreté du jeu moderniste et répondant à ce seul principe de plaisir, l’œuvre reflète l’esprit facétieux de l’artiste.»

«Hier, aujourd’hui, demain: Œuvres de la collection Mudam» – jusqu’au 6 septembre, www.mudam.lu