POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Secteur spatial

Le GLAE a fêté son 15e anniversaire



Yves Elsen, président du Groupement luxembourgeois de l’aéronautique et de l’espace (GLAE), a rappelé les trois grands défis du secteur qui compte environ 60 entreprises pour 840 emplois au Luxembourg. (Photo: GLAE)

Yves Elsen, président du Groupement luxembourgeois de l’aéronautique et de l’espace (GLAE), a rappelé les trois grands défis du secteur qui compte environ 60 entreprises pour 840 emplois au Luxembourg. (Photo: GLAE)

Le Groupement luxembourgeois de l’aéronautique et de l’espace vient de fêter ses 15 ans. C’est en 2005 que cette asbl a vu le jour au sein de la Fedil. 

Le secteur spatial n’est pas né au Luxembourg avec la création de l’initiative Spaceressources.lu et l’ancien ministre Étienne Schneider.

S’il a commencé avec la création de SES au Luxembourg en 1985, c’est en février 2005 que le Groupement luxembourgeois de l’aéronautique et de l’espace (GLAE) tient sa première réunion . Autour de la table, Post Luxembourg, Hitec Luxembourg, Luxspace, SES et Telindus Luxembourg se réunissent pour former, sous l’égide de la Fedil, une association sans but lucratif afin de fournir aux entreprises luxembourgeoises, entre autres, l’opportunité de créer des synergies au niveau national et européen tout en étant un interlocuteur unique du gouvernement pour aborder diverses questions.

Avec le temps, le GLAE s’est également positionné comme un acteur économique participant aux missions économiques officielles du pays et échangeant avec les autorités sur des questions relatives aux initiatives prises par les autorités dans le cadre des programmes de l’ESA et de l’établissement d’une politique spatiale au Grand-Duché de Luxembourg.

Yves Elsen , président du GLAE, a souligné, lors de la cérémonie célébrant le 15e anniversaire de ce rassemblement économique, les principaux défis à venir pour ce «jeune» secteur d’activité: «Notre secteur est confronté à trois défis majeurs pour les années à venir. Le premier est d’attirer et de retenir les talents. Le deuxième est de développer la formation professionnelle. Et le troisième est de promouvoir le secteur ainsi que les partenariats public-privé.»

840 emplois

Présent lors de cette conférence, le ministre de l’Économie Franz Fayot (LSAP) a déclaré que «grâce à l’expertise de ses entreprises membres, le GLAE s’est imposé, au cours des 15 dernières années, comme un interlocuteur privilégié des gouvernements successifs. Cette interaction continue a permis au secteur spatial luxembourgeois de prospérer.»

Actuellement, selon les dernières données du Space Directory de Luxembourg Space Agency (LSA) – autrement dit l’Agence spatiale luxembourgeoise –, le secteur de l’aéronautique et de l’espace compte environ 60 entreprises, et 840 personnes occupées à un emploi au sein du secteur spatial.

Interrogée sur le poids de l’activité économique de ce secteur au Luxembourg, la Fedil a indiqué qu’il était «difficile de l’estimer, mais que la contribution du secteur spatial au PIB du pays est l’un des ratios les plus élevés d’Europe».