POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

après un article sur le scandale 1MDB

Gerard Lopez renonce à poursuivre le Wort



259448.jpg

Gerard Lopez a mis un terme définitif à ses actions judiciaires à l’égard de Pierre Sorlut, des éditions Saint-Paul et deux de ses dirigeant et ex-dirigeant. (Photo: Matic Zorman / Archives)

En 2016, l’homme d’affaires Gerard Lopez avait notamment intenté des actions judiciaires à l’égard du journaliste Pierre Sorlut, alors employé au Wort. Notre collègue relatait dans son article les relations entre Lopez et Tarek Obaid, cité dans une affaire de détournement de fonds publics.

Gerard Lopez  a pris la décision d’abandonner ses poursuites envers Pierre Sorlut et consorts (le groupe Saint-Paul, Jean-Lou Siweck et Paul Peckels), relate le Land, dont notre confrère vient d’intégrer la rédaction. Le tribunal d’arrondissement de Luxembourg a acté cette volonté dans un jugement rendu le 15 juillet. L’homme d’affaires s’est engagé à faire de même en France et en Suisse, où des actions étaient aussi en cours.

C’est un article publié dans le Wort en 2016, intitulé «Les liaisons dangereuses de Gerard Lopez», qui avait mis le feu aux poudres. Celui-ci n’avait que très peu été au goût de celui qui est aussi actuellement le président du club de foot du LOSC. Pierre Sorlut relatait les relations entre Gerard Lopez et l’homme d’affaires d’origine saoudienne Tarek Obaid, cité dans le scandale 1MDB, un détournement de fonds publics malaisiens.

Des actions au Luxembourg, en France et en Suisse

Des actions judiciaires en diffamation avaient été enclenchées au Luxembourg, en France et en Suisse contre le journaliste, le groupe Saint-Paul et ses dirigeant et ex-dirigeant Paul Peckels et Jean-Lou Siweck. 

En décembre 2018, le Tribunal de grande instance de Paris estimait «qu’il ne résulte pas à la lecture de l’article que Gerard Lopez aurait participé aux détournements de fonds imputés à Tarek Obaid et Jho Low». Et d’estimer que l’article ne contenait aucune imputation diffamatoire, directe ou par voie d’insinuation. Le plaignant avait été condamné à des dommages et intérêts.

Gerard Lopez a donc maintenant décidé de cesser ses poursuites, ce qui met un terme définitif à toute cette affaire.