POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Hôpitaux robert schuman

Georges Heirendt nommé président des HRS



Le conseil d’administration des Hôpitaux Robert Schuman  a approuvé un nouveau bureau. (Photo: Paperjam)

Le conseil d’administration des Hôpitaux Robert Schuman  a approuvé un nouveau bureau. (Photo: Paperjam)

Après plusieurs semaines chaotiques, les Hôpitaux Robert Schuman ont adoubé leur nouveau bureau avec Georges Heirendt en tant que président. 

L’annonce était attendue.  L’assemblée générale de la société Hôpitaux Robert Schuman (HRS) SA a nommé Georges Heirendt en tant que nouveau président du conseil d’administration, complété par le Dr Jacques Blondelot et le Dr Marco Hirsch.

Jean-Louis Schiltz et Michel Wurth le quittent, mais restent cependant président et vice-président de la Fondation Hôpitaux Robert Schuman (FHRS). Ils sont rejoints par le Dr Robert Steinmetzer, qui quitte aussi le conseil d’administration des HRS SA et complète la présidence de la FHRS en tant que vice-président. Claude Seywert demeure, pour sa part, à la vice-présidence des HRS SA, mais quitte ses fonctions d’administrateur de la FHRS.

Voilà qui s’inscrit dans la suite de  la polémique de la vaccination anticipée de plusieurs administrateurs , notamment les mêmes Jean-Louis Schiltz, Michel Wurth et Claude Seywert.

Pour garantir la continuité des activités

Le message des HRS est subtil. Pas question d’évoquer une quelconque révolution dans les coulisses du palais, mais juste un retour à la normale, après le départ du président,  François Pauly , début mai 2020. Jean-Louis Schiltz et Michel Wurth avaient ainsi accepté d’assumer, pour une période maximale de 12 mois, la présidence et la vice-présidence des HRS, en équipe avec Claude Seywert, déjà vice-président, et la direction. Le duo n’a tout simplement pas «sollicité le renouvellement de ses mandats d’administrateurs des HRS SA».

«Il importait de garantir la continuité des activités, ensemble avec la direction, pour pouvoir concentrer ainsi tous les efforts sur l’organisation de la lutte aiguë contre la pandémie», souligne encore la communication officielle. La polémique récente n’est donc pas , officiellement, la raison du départ de la présidence et de la vice-présidence de Jean-Louis Schiltz et de Michel Wurth. D’autant plus que les deux hommes restent dans le board de la fondation.

Pour rappel, suite aux révélations médiatiques, Sandra Thein avait aussi succédé à Claude Schummer à la direction de l’hôpital .

De son côté, le nouveau président de la structure hospitalière s’est concentré, pour sa première communication officielle, sur les hommes et les femmes qui luttent contre la pandémie au chevet des patients. «Nous venons de traverser une année de crise sanitaire sans précédent, une année qui nous a mis fortement à l’épreuve et qui a demandé des moyens et une organisation hors norme. Ce qui nous tient à cœur, c’est la prise en charge de nos patients, la qualité de nos traitements et l’excellence de notre offre de soins par nos équipes de médecins et notre personnel. Cette philosophie se trouve reflétée dans la composition du conseil, qui porte l’empreinte de femmes et d’hommes de terrain: médecins, anciens soignants et représentants du personnel», a ainsi dit Georges Heirendt.