ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Yves-Laurent Kayan (Coinplus)

«Les gens doivent s’éduquer au bitcoin»



Le confinement est… agréable, commente le CEO de Coinplus, Yves-Laurent Kayan, qui a profité du temps pour réviser sa stratégie et espère lancer sa solution de stockage physique de cryptomonnaies avant l’été.  (Photo: Yves-Laurent Kayan)

Le confinement est… agréable, commente le CEO de Coinplus, Yves-Laurent Kayan, qui a profité du temps pour réviser sa stratégie et espère lancer sa solution de stockage physique de cryptomonnaies avant l’été.  (Photo: Yves-Laurent Kayan)

En confinement, Yves-Laurent Kayan a révisé sa stratégie et enregistré de nouvelles ventes parfois surprenantes. Le CEO de Coinplus porte aussi un regard «amusé» sur le Halving du 11 mai, où la récompense pour le minage du bitcoin a été divisée par deux. Comme tous les quatre ans.

«Un client nous a acheté une barre en argent à 2.000 euros!» Yves-Laurent Kayan n’en revient pas. Le CEO de Coinplus, sorte de carte de crédit pour stocker des monnaies cryptées et déclinable dans des versions de luxe comme un objet exclusif, dit profiter du temps donné par le confinement pour se recentrer sur toutes les petites choses précieuses et négligées en temps normal.

Yves-Laurent, la dernière fois que nous nous sommes vus, vous emménagiez au Technoport. Le confinement est-il venu interrompre votre développement?

Yves-Laurent Kayan. – «Nous avons plus de temps, c’est agréable! Cela nous permet de revoir notre stratégie. Nous voulons ajouter des services à la seule vente de notre Solo Card. Par exemple, le chargement de la carte, via un provider qui va faire ça à partir d’une simple carte bancaire; ou alors, proposer même les transactions, là aussi par un provider. Ce que l’on voit, c’est que le marché est avide… de cybersécurité, d’avoir une solution durable et irrépudiable. RCDevs va lancer sa nouvelle plate-forme qui intègrera une carte avec des documents authentifiés et signés. Pour l’instant, quand vous avez ce genre de documents à distance, si votre ordinateur ou votre téléphone sont en panne ou déchargés, vous n’avez plus rien du tout. Ensuite, nous voulons lancer notre carte auprès du grand public, si possible avant l’été, avec un grossiste des petits accessoires de bureaux de tabac. Il faut que les gens s’éduquent au bitcoin. Coinplus ne s’inscrit pas dans les flux d’argent, à l’image des plates-formes comme Bitstamp ou Bitflyer, mais dans le service autour des monnaies cryptées. Et troisième axe, l’ultraluxe. Comme avec cette barre en argent: en faire un objet de luxe, comme une montre.

Lundi soir, le 11 mai, c’était le Halving, le jour où la récompense pour miner du bitcoin a été divisée par deux. Comme tous les quatre ans. Sur Linkedin, vous invitiez à deviner le jour où le bitcoin atteindrait les 15.000 euros. On a lu toutes sortes de prédictions, plus fantaisistes les unes que les autres, non?

«C’est dommageable pour tout le monde. Parce que d’un point de vue technique, tout s’est passé comme prévu. La réduction de moitié de la récompense a eu lieu comme elle aura lieu tous les quatre ans, comme elle a déjà eu lieu et jusqu’à ce que les 21 millions d’unités du bitcoin soient dans la nature. Ce n’est pas le cas du dollar ou de l’euro, par exemple. Si la valorisation du bitcoin est de 250 milliards de dollars, en ce temps de crise, certains États ont mis 3.000 milliards sur la table face à la crise, sans que l’on sache ni même qu’on se demande comment on allait financer cela. Quand le bitcoin a été lancé, on disait qu’il ne s’appuyait sur rien. Mais sur quoi s’appuie le pétrole? Sur des estimations des réserves sous terre? Et encore, avec les nouvelles méthodes, certains refusent même de limiter la production pour faire remonter le cours pour continuer avec leurs nouvelles méthodes qui ne respectent pas l’environnement? Au moins, le bitcoin est prévisible!

Prévisible en unités, oui, mais en valeur, on aura vu tout et n’importe quoi! Jusqu’à 90.000 dollars le bitcoin, selon la banque allemande BayernLB… alors qu’on a à peine atteint les 10.000 dollars aux États-Unis et 9.000 euros en Europe?

«Si j’étais le régulateur allemand, je crois que je demanderais à cette banque si elle n’a pas prodigué des conseils en investissement trop hasardeux… Sérieusement, ces articles qui soulignent que les cours vont atteindre tel ou tel niveau pour faire le buzz… Dans la réalité, le commun des mortels qui investit dans le bitcoin en pensant qu’il va devenir riche se trompe. Par contre, l’idée d’essayer pour voir et décider à l’avance à quel niveau vous récupérez votre argent, pourquoi pas. Vous gagnez 10% sur un an, ce n’est déjà pas si mal! Si vous gagnez 10%… parce que souvent, quand vous décidez de vendre, vous perdez la main sur la valeur de vos bitcoins. Vous devez attendre que la transaction soit effective, et quand les cours sont si volatiles, vous pouvez avoir des surprises. Si tout le monde veut acheter de l’immobilier sur les Champs-Élysées, ça fait monter le cours, oui. Il y a cet effet Fomo, ‘fear of missing out’, la peur de rater un super coup… Ce n’est pas si simple.»