ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

SALON B2B DES TECHNOLOGIES

Le GEN vise le top 5 du rendez-vous numérique



263826.jpg

Entouré par Roxane Ledard, la déléguée générale, et par Katia Vagné, qui a mis l’événement sur les rails en 2013, le président de Grand Est Numérique Frédéric Schnur présente une septième édition qui veut entrer dans le cercle fermé des salons professionnels de référence. (Photo: Paperjam)

Pour sa septième édition, les 12 et 13 septembre au Centre des congrès de Metz, le GEN veut entrer dans le top 5 français des salons professionnels régionaux dédiés au numérique. Les organisateurs ont mis le grand plateau pour grimper dans le ranking, comme des cyclistes qui viseraient le Galibier.

Jamy Gourmaud, le journaliste vulgarisateur de la science, La Quadrature du Net, organisation sans visage pour défendre nos intérêts numériques, Inès Leonarduzzi, nouvelle égérie de l’innovation durable, Luc Julia, figure de la non-existence de l’intelligence artificielle, et Philippine Dolbeau, considérée à 19 ans comme la femme la plus innovante de France: dans la douleur, Frédéric Schnur a établi son «top 5» des immanquables du 7e GEN.

Le président de l’association Grand Est Numérique, qui organise ce salon business et numérique dans le Grand Est, a commencé par farfouiller dans un programme qui réunira pendant deux jours 75 experts têtes d’affiche pour la partie dynamique du rendez-vous, 87 exposants dans un hall d’exposition et plus de 80 événements.

L’idée est d’accueillir plus de 5.000 professionnels en 48 heures au Centre des congrès de Metz, là où la dernière édition en avait déjà accueilli 3.300.

Un peu plus tôt, lors de la présentation de l’événement qu’il organise avec une poignée de bénévoles, il citait aussi Marjolaine Grondin, dont le chatbot «Jam» qu’elle a créé lui permet d’être classée parmi les moins de 30 ans à surveiller selon Forbes, ou encore Goulven Rozec et Hadrien Dagannaud Brouard, expédiés pendant neuf mois dans la Silicon Valley par le Crédit Agricole pour en apprendre tous les codes et pouvoir imaginer une déclinaison européenne du grand barnum de la technologie mondiale.

Passionné de technologie au point de ne renoncer à rien des thématiques que sont l’e-santé, le marketing, la mobilité, l’e-tourisme, l’e-commerce, l’incubation ou le mentorat, M. Schnur va une nouvelle fois tout mélanger pour favoriser les rencontres.

«Quel autre événement qu’un salon de ce type permet à autant de gens qui ne se connaissent pas de se croiser et de se parler?», défend-il, mardi matin, au Club de la presse de Metz. Car le GEN  utilise le «Tinder du business», Swapcard , qui permet d’organiser des rendez-vous avec des personnes que l’on ne connaît pas forcément, mais qui sont sur un même événement.

D’un point de vue luxembourgeois, il faut continuer à suivre la manière dont le nouveau président de la région Grand Est, Jean Rottner, va dérouler son initiative sur la vallée européenne de l’intelligence artificielle, à la présentation de laquelle étaient présents des émissaires du gouvernement luxembourgeois.

Renseignements et inscriptions sur GEN.grandestnumérique .