POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

mobilité

La frontière belge n’est pas ouverte pour la Pentecôte



Rentrer en Belgique ne sera pas autorisé avant le 8 juin et la police prévient que des contrôles auront lieu. (Photo: Shutterstock)

Rentrer en Belgique ne sera pas autorisé avant le 8 juin et la police prévient que des contrôles auront lieu. (Photo: Shutterstock)

Peut-on se rendre en Belgique en ce long week-en de Pentecôte? La réponse est non. Mais même la police fédérale belge espère que cela évoluera ensuite rapidement.

(Précision: la Belgique a annoncé la réouverture de ses frontières ce vendredi soir )

Jean Asselborn (LSAP), ministre des Affaires étrangères, s’attendait à «une certaine ouverture pour le week-end de la Pentecôte» en ce qui concerne le passage de la frontière avec la Belgique. Tandis que le premier ministre Xavier Bettel (DP), interpellé sur ce sujet lors d’une conférence de presse ,  indiquait «attendre des nouvelles de Bruxelles. Il faut que les ministres fédéraux et régionaux s’entendent. De nouvelles mesures doivent être communiquées cette semaine». Des vœux pieux…

«Nous aussi nous attendions et aurions aimé que la situation évolue», explique à Paperjam le commissaire Dominique Cornez, responsable de l’Unité de circulation de la province de Luxembourg de la police fédérale. «Mais cela n’a pas été le cas. La situation reste donc en l’état.»

Concrètement:

- Circuler vers la Belgique depuis un autre pays demeure interdit jusqu’au 8 juin. «Il peut y avoir des exceptions: travailleur frontalier, nécessité de venir récupérer une autre personne, urgence… Avec l’évolution de la sortie de confinement ces mesures peuvent changer. Il faut se renseigner sur elles avant son départ sur le site du gouvernement », conseille le commissaire.

- Le passage en transit est possible si sa destination finale est un autre pays. «Mais les explications données ne sont pas toujours très claires. Je conseille donc de se munir d’une preuve qu’on se rend ailleurs: réservation d’hôtel ou autre, par exemple», poursuit Dominique Cornez.

235 PV à 250 euros à Hondelange

Des contrôles ont lieu régulièrement. «En 10 semaines, nous avons dressé 830 PV, total effectué le lundi 25 mai, sur l’ensemble de la province de Luxembourg, dont 235 sur l’aire d’autoroute de Hondelange», explique encore le commissaire. Qui prévient «qu’il y en aura encore». Autant savoir que le montant de l’amende est volontairement dissuasif: 250 euros. 

Des contrôles peuvent aussi être menés par des unités mobiles et les transports en commun en font aussi l’objet. C’était notamment le cas vendredi matin en gare d’Arlon. Là aussi, en cas de venue non justifiée, ce sera 250 euros à honorer et l’obligation de repartir immédiatement de là où on vient.

Et si vous résidez en Belgique et venez ce week-end au Luxembourg pour profiter des terrasses et des restaurants, sachez que vous pourrez être contrôlé et éventuellement verbalisé à votre retour.

Une situation générale qui ne plaît guère aux policiers. Elle pourrait évoluer la semaine prochaine, une réunion du Conseil national de sécurité étant prévue le  3 juin, avec l’espoir de voir la frontière libre de passage à partir du 8 juin.

«En attendant, c’est de plus en plus compliqué. Voici quelques semaines on nous donnait des chocolats et maintenant on se fait de plus en plus invectiver. Sur la E411/A6, le trafic est quasi redevenu identique à ce qu’on connaissait avant la crise et, fatalement, les files s’allongent lors des contrôles. On retrouve chaque jour les mêmes frontaliers, qui comprennent de moins en moins… D’autant que les mesures changent d’un pays à l’autre», conclut le commissaire Cornez.

En effet, si la frontière allemande a été ouverte , celle avec la France reste elle-aussi fermée , jusqu’au 15 juin au moins.